Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 21:39

http://www.oiseau-libre.net/Photos/Asso/PMAF/POULES5.jpg

 

Depuis longtemps Mélodie avait décidé qu'elle n'avait rien à voir avec ce monde. Moche. Et contagieux. Elle avait fermé les portes. Quel crédit pouvait-on apporter au bon sens d'une espèce humaine inapte à tirer les conséquences de la plus claire des évidences: dès qu'une relation s'établissait entre deux individus, en découlait une somme incalculable de déceptions, peines et souffrances qui auraient pu si facilement être évitées. Comment deux êtres humains pouvaient librement choisir de vivre ensemble dans un même appartement, c'était une chose qu'elle ne parvenait pas à comprendre – comme si une volaille décidait joyeusement d'être élevée dans une cage minuscule où tout mouvement lui serait interdit. Dans un monde où l'épanouissement humain aurait été un objectif pris au sérieux, se disait Mélodie, la possibilité pour tout un chacun d'éviter ses semblables aurait été une priorité. Une sorte d'allergie la faisait suffoquer au contact de tout élément d'espèce humaine.

 

Après de très brillantes mais solitaires études suivie d'une peu trépidante vie parisienne de sous-titreuse et traductrice misanthrope, elle cultivait son jardin dans une maison perdue en Creuse et peaufinait passionnément des petits bijoux de traductions. Elle n'était pas heureuse, mais elle ne croyait pas au bonheur. Elle n'était pas malheureuse non plus, et comme elle croyait au malheur, elle s'estimait plutôt bien lotie.

 

Elle ne savait pas encore ce qu'elle déciderait, le jour de ses trente ans – la date qu'elle s'était fixée, trente années quand même, il y avait de quoi avoir collecté suffisamment de données pour savoir si oui ou non la vie valait la peine d'être vécue, s'il était préférable de s'en tenir là ou s'il ne serait pas vain de poursuivre. Pendant longtemps, il lui avait semblé évident que la première option s'imposerait. Maintenant que la date se rapprochait elle n'était plus aussi sûre.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cardamone - dans Contes et histoires
commenter cet article

commentaires

Nathanaël 14/12/2014 18:48


"Elle n'était pas heureuse, mais elle ne croyait pas au bonheur. Elle n'était pas malheureuse non plus, et comme elle croyait au malheur, elle s'estimait plutôt bien lotie. Une sacré définition,
j'aime bien cette tournure de pensée.


Toujours si joiment écrit Cardamone.


Quant à la poule dans sa cage, la vraie cage est qu'il est extrêmement rare de rencontrer quelqu'un, qu'on voie beaucoup de monde ou qu'on soit ce qu'on appelle un solitaire, un anachorète. La
plupart des gens rendent très difficile de les rencontrer parce qu'ils ne sont pas vraiment dans leur parole ou parcequ'ils sont sans âme.


Bon ça c'est dit !


Allez je vais retourner me servir un verre de vin ! :-)


Bonsoir Cardamone.

Cardamone 15/12/2014 21:15



Ca a des allures de miracle quand la cage explose, que la paroi qui empêche la rencontre disparaît.


Ils ne sont sans doute pas vraiment sans âme, peut-être qu'elle joue à cache-cache?


Bonne soirée Nathanaël. Merci de ta présence.



Pascale Madeleine 26/11/2014 10:37


Bonjour 


ça alors, ce qu'elle ressemble à mes personnages, Mélodie !


Ou à moi... en beaucoup moins agée. Ce qui pourrait signifier que la question reste entière au fil de la vie. Mais l'on perçoit, pourtant chaque jour les petits bonheurs, qui, s'ils ne font pas
taire la colère ni la peur de ce monde souvent incompréhensible, donnent la force et le désir d'en connaitre davantage... 


Ton texte rassure : je ne suis pas la seule à avoir le sentiment d'être une extra-terrestre ! 

Carmen 24/11/2014 23:35


"Elle n'était pas heureuse, mais elle ne croyait pas au bonheur. Elle n'était pas malheureuse non plus, et comme elle croyait au malheur, elle s'estimait plutôt bien lotie."


L'être humain est compliqué et cette phrase en témoigne. Finalement elle est heureuse, si elle croit que la norme est le malheur.


30 ans... je ne me croyais plus jeune, les années ont passé depuis mais changer de décennie n'est jamais facile.

Carole 20/11/2014 15:08


Non-on-on ! Dis-lui d'attendre encore au moins 30 ans : il doit lui manquer des données, sur le bonheur en particulier...

Yosha 12/11/2014 13:29


J'adore ton texte. Tu vas loin mais cette tentation de se fermer à un monde trop dur, tout le monde ou presque le ressent un jour je pense... Après on espère une suite heureuse, un déclic qui
l'ouvre sur le monde et lui donne envie d'aller vers les autres surtout car seul on est quand même très peu de chose !

Esclarmonde 11/11/2014 22:02


A 30 ans, je ne savais pas non-plus ce que j'allais faire de ma vie et était un peu perdue, puis les choses ont basculé d'un coup dans le bon sens... Et j'avoue que s'il y a quelque chose de
criminel dans cette société c'est celle de rendre des gens si jeunes déjà déséspérés. Contentes de vous retrouver toutes les deux, bises et belle soirée

Anne-Marie 10/11/2014 09:26


Je rebondis sur ton dernier paragraphe:


30 ans, 40 ans, 50 ans, chaque nouveau passage de dizaine donne le vertige. Pour ma part, j'ai 59 ans pour encore quelques mois. Le passage fatidique et redouté approche et tous les rappels à la
raison, ceux de mes proches, ceux que je m'adresse toute seule, n'y peuvent rien : je sais que ce sera difficile...

almanito 10/11/2014 08:42


Voilà une petite Mélodie lucide qui refuse le tempo qu'on lui impose, mais peut-être rencontrera  t-elle son bonheur le jour où elle trouvera le bon accord...

Miche 10/11/2014 02:47


La question dans nos têtes ne peut qu'avorter, tant cela semble sans issue. Mais autre chose agit, à laisser agir...


 

Présentation

  • : Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • : Ecriture Poésie Histoires
  • Contact

Recherche