Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 19:22
 

http://www.jgmgalerie.com/cms/_clientdata/cms/jgmgallery/_images/19854786234de60eeecf238.jpg

    Yuan Yuan Broken mirror

 

 

 

Des larmes coulaient sur son visage. Ce n'était pas normal.

Elle regarda Yvan. Il écoutait attentivement le discours du PDP - c'était la fête nationale. Elle aimait bien cet air sérieux et concentré, l'importance qu'il accordait aux choses. Ou du moins elle l'enviait. Ils avaient eu de la chance,  leurs parents avaient de l'argent, ne voulaient que leur bonheur, avaient fait appel à la société d'experts matrimoniaux la plus compétente, la plus coûteuse, pour l'anniversaire de ses seize ans, ils lui avaient offert le plus beau des cadeaux, l'homme de sa vie.

Après toutes ces années, il gardait un certain mystère, Yvan. C'était si curieux de le voir à ce point captivé par le discours du PDP, tous les ans, le 25 mai, le Président exposait les progrès accomplis grâce à la nouvelle organisation politique, beaucoup plus efficace et rationnelle.

La décision d'abolir la démocratie s'était imposée 15 années plus tôt quand l'abstention avait atteint 92,3%. Les citoyens, manifestement fatigués de ce système et conscients de leurs limites, avaient eu la clairvoyance de laisser à des gens plus compétents le soin de choisir à leur place.

Elle aurait aimé le faire disparaître du salon, le PDP, à quoi ça pouvait servir d'avoir aboli la démocratie si on devait encore supporter ce genre de discours assommant.

Impossible de dire ça à Yvan. Elle ferma les yeux. C'était pire, les mots résonnaient en elle, éclataient sans signification en impressions sinistres. Elle secoua la tête. Chasser les pensées stériles. Accepter la réalité. Avec le sourire. Voir le bon côté des choses. Le bonheur n'est qu'une question de volonté. C'est ce qu'on lui apprenait à ses cours de DP. Mais elle aurait aimé qu'Yvan ressemble un peu à Eliane. Un tout petit peu. Avec Eliane, elle pouvait dire tout ce qui lui passait par la tête. Eliane était bizarre, un jour elle s'attirerait de gros problèmes, mais c'était bien la seule personne avec qui il lui arrivait d'éclater de rire. Elle aurait voulu se rapprocher d'Yvan, tendre le bras, poser sa main sur son épaule, plus elle cherchait à abattre le mur invisible entre eux plus il devenait épais. Les murs poussaient autour d'elle. Autour de son quartier. Autour de chaque quartier de la ville. Et il y avait une paroi transparente qui la séparait d'elle-même. Elle pouvait se voir, pas se toucher. Elle se voyait marcher sur un fil, vaciller. Ou peut-être était-ce le monde qui vacillait. Si seulement elle avait pu prendre la main d'Yvan, s'y agripper solidement. Si seulement ils pouvaient avoir un enfant. Ne pas faire partie de ces 57% de la population stérile. On ne savait pas bien pourquoi. C'était peut-être psychologique. Autrefois l'ivresse du désir emportait tout, la lassitude, les doutes, les murs, renvoyait les discours du PDP à leur insignifiance. Mais elle n'avait plus envie de ça. Peut-être y avait-il un autre moyen de le provoquer, un moyen de provoquer un choc capable de faire voler en éclat le mur - le profil d'Yvan se découpait immobile sur le mur blanc et elle se demandait en le regardant si elle saurait vivre sans lui. D'une voix forte, en tremblant un peu intérieurement, elle articula:

"Ce n'était peut-être pas si mal la démocratie"

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cardamone - dans Contes et histoires
commenter cet article

commentaires

Carole 15/05/2014 23:47


Glaçante anticipation, mais excellent récit !

Jonas D. 13/05/2014 23:08


La démocratie ? C'est bien cette chose qui consiste à penser librement et à l'exprimer de la même manière ? C'est bien ça ? La démocratie n'a donc fait que la moitié du chemin, la plus simple. La
démocratie est une idée en cours. J'aime la lassitude dans ce texte, et j'aime beaucoup l'illustration, surtout l'idée de m'asseoir sur cette banquette.


PS. Je crois que le nouveau portail OB a effacer tous mes abonnés. Je t'invite à t'inscrire de nouveau pour vérifier ton abonnement chez moi, enfin tu tu en as envie...

Cardamone 20/05/2014 22:25



Je serais moins optimiste finalement - plutôt l'impression qu'on a rebroussé chemin. L'idée de la démocratie est toujours là, mais à mon sens sa réalité s'est amenuisée


PS Je vais de ce clic chez toi



tardlesoir 13/05/2014 12:53


quelqu'un m'en veut : la vie "publique"

tardlesoir 13/05/2014 12:51


Pardon! "la" vie puvlique. Un de ces fichus lapsus...

tardlesoir 13/05/2014 09:45


Ou : "quand le vie publique rejaillit sur l'intime". Bien vu! Il ne faudrait pas croire qu'un cocon ou une porte fermée nous protégeront de tout.

Cardamone 19/05/2014 00:00



Ah ça fait du bien de lire ça! A mon goût trop de discours actuellement nient l'absence d'étanchéité intérieur/extérieur, la dialectique individu/société! Merci pour votre commentaire, je me sens
moins seule!






dalva 12/05/2014 21:55


Cette photo est très belle.


Et ce texte est terrible. Oui, c'est cela, il fait froid dans le dos.


A faire lire avant toute élection ? A tous les déçus de la vie politique ?


 


 

Cardamone 18/05/2014 22:28



Merci Dalva, ton com me fait très plaisir


Bonne semaine!



Anne-Marie 11/05/2014 22:46


Une petite histoire qui fait froid dans le dos...

Cardamone 15/05/2014 17:20



Des fois ça m'éclaircit les idées de me faire un petit peu peur Bonne fin de journée!



Présentation

  • : Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • : Ecriture Poésie Histoires
  • Contact

Recherche