Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 13:57

9782354881849_cg.jpg

 

Et passer en trombe sur le blog pour vous déposer mon coup de coeur du week-end!!!!

Comme d'habitude c'est la couleur et l'intitulé qui ont joué les attrapes-bergamotte...Tagada!!!! Jeune, j'avais une amie qui m'avait initiée au plaisir de ce bonbon!!! très sportive, elle me disait tu manges une fraise tagada et tu fais une extension de jambe allonger au sol!!!!! J'ai pas tenu longtemps...les kilos tagada eux..si!

Mais revenons à nos bonbons! Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini nous offre là un très tendre roman graphique...Cet ouvrage est un petit bijoux de vie, de premiers émois, d'amitié-amour possible ou pas! On en sort un peu écoeuré comme après avoir avalé tout un paquet des dîtes fraises, mais toujours avec en tête la saveur des amours manqués et du sucre collé aux lèvres...Sur la toile on dit de cet ouvrage qu'il est pour les ados...qu'à cela ne tienne, j'ai retrouvé mes 14 printemps qui me vont encore comme un gant, et j'ai suivi avec le coeur qui bat cette histoire de premiers pas chez les filles...

 

Vraiment chouette, alors n'hésitez pas à le prendre au vol, puis à le relacher pour qu'il poursuive son chemin!!!!

 

 

Belle semaine à tous!

 

sandrine-048.jpg

Bergamotte.

Repost 0
Published by bergamotte - dans Littérature
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 21:55

 

 

 

41Sn4z74zVL__SS500_.jpgfetiches_mo_hayder_2013.jpg

 

 

Deux titres, deux genres, deux talents pour jouer sur les peurs et sur les mots... Pour bien faire j'ai envie de m'en tenir à ces quelques mots, mais je ne peux pas!!!! Comme le veut ma tradition, coup d'oeil sur les rayons, et coup de foudre sur les images de la couverture...Pour Sire Cédric, ok, j'avoue...c'est l'image à l'arrière de l'ouvrage qui m'a...comment dire... attirée!!!! Il est beau ce Sire avec ses longs cheveux et son tee-shirt noir...Un héros gothique comme je les aime bien!!!! Pour Mo Hayder, c'est le petit chat blanc : ça porte bonheur!

 

Bon qu'est-ce qui a pu me tenir éveillée jusqu'à pas d'heure dans ces deux ouvrages? D'abord une envie folle de lire des ouvrages où il y avait des horribles méchants, et surtout  avec des gentils pas parfaits qui en viennent à bout de ces horribles méchants! Oui c'est cela que je recherchais, un endroit où il y avait une solution. Autant vous dire que j'ai été servie.

 

Sire Cédric, avec la "mort en tête" nous pousse sans ménagement dans la boîte crânienne d'un tueur en série assez sordide, mais qui passe tellement bien à l'antenne et plaît même aux ménagères de plus de cinquante ans! Pour lui faire front, deux flics de choc! Elle albinos enceinte jusqu'à ses yeux rouges, derrière ses lunettes noires qui la protègent si mal de la lumière du soleil. Lui, grand colosse, toujours au bord de la colère et du coup de poing, aussi expéditifs l'un que l'autre lorsqu'ils sont sur le terrain. Vous secouez tous ces ingrédients au rythme de courses poursuites, de filatures, de coups bas, et de grosses magouilles...et vous obtenez après avoir saupoudré d'une couche fine de para-normal, ce thriller intéressant.

 

Mo Hayder quand à elle nous entraîne pour une petite visite guidée dans un asile de haute surveillance. Là se côtoient des hommes et des femmes aux passés et aux passages à l'actes tumultueux et terrifiants. Une vague de panique submerge les patients qui ne tardent pas à mourir de façons mystèrieuses. Pour enquêter, un homme  à l'aura étrange, et Flea, une jeune femme de la police en proie à des dilemnes complexes. Des méandres et des méandres plus loin, on a  : votre Bergamotte qui lit en mettant le linge dans la machine, en sortant ce même linge  pour le mettre à sècher, et qui vers deux heures du matin, ferme tout doucement le livre pour ne pas réveiller les gens qui dorment dedans...Deux précautions valant mieux qu'une!  

 

Ils sont forts tous les deux!

 

J'ai en tête un moment qui existe dans des tas de livres, de films, de séries...Vous savez ce moment où le héros sent que vite il faut partir, mais doucement, car on ne sait pas où se trouve le méchant...Il avance doucement, la musique monte crescendo, la trouille aussi, il débouche devant une ouverture, une arme devant lui et là, il découvre soit son coéquipier, soit une nouvelle victime...Bref, personne ne pouvait m'apporter du nouveau en la matière...Et bien si : Sire Cédric l'a fait! et ce à en avoir envie de ne plus lire la suite tellement j'avais eu peur!!!!!

 

Idem pour ces anti-héros qui mettent tant de grâce à se trouver là où on ne les attend pas...Mo Haider m'a bluffée!!! J'avais le coupable depuis le début, mais j'étais tellement loin du compte au finnale!Et ça c'est une surprise, et une bonne.Voir les masques tomber et laisser voir des profils dérangeants, questionnants, bousculants...

 

Si en plus l'un comme l'autre pointe de leurs plumes les travers de notre société, la communication qu'on assassine à coup de télé, de reportages chocs et de voyeurisme passif. les gens que l'on étiquette à loisir : swag, bolos, malade, normal, gentil, méchant...Le manichéisme et l'individualisme latent de nos quotidiens bien pensant.

 

Que demande la Bergamotte??? Rien, enfin, si, que tout cela se cantonne aux pages de ces auteurs, et surtout surtout n'existe pas pour de vrai!

 

bonne lecture!

 

 

bergamotte.

Repost 0
Published by bergamotte et cardamone - dans Littérature
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 09:01

 DSCN0593

 

La lumière et la chaleur sont de retour, et avec elles l'envie de douceur, de langueur, de nonchalance...

C'est bon, et ça soulage. Même si le monde ne va pas mieux se raccrocher à ces futilités sans prix, sans venin,

sans violence...comme un naufragé à une bouée!!!! C'est dans cet état d'esprit que j'ai ouvert le livre de Francis Dannemark...Avec en plus, l'envie de me rapprocher de cette Alice qui comme moi ne pense jamais à rien!!!!

 

Et voilà qu'une fois de plus je suis tombée en amour...Comme elle est touchante cette histoire, comme elle est simple,

comme elle est vivante! C'est le tracé d'une vie que l'on pourrait croire improbable, tant elle est étonnante et surprenante, mais c'est l'histoire de plein d'autres vies aussi.

A la faveur de l'enterrement de sa mère, un homme se rapproche de sa tante qu'il méconnaissait parcequ'il en va ainsi de la vie et des gens. Tous deux se retrouvent plusieurs soirées de suite, et remontent le chemin du temps et de la vie tumultueuse d'Alice. Les derniers pas stoppent devant une réalité qu'on n'attendait pas, mais qui s'impose d'elle même...Certaines personnes ont des destinées incroyables. Alice en fait partie, elle n'a rien fait pour, si ce n'est marcher son petit bonhomme de chemin , prendre l'amour comme il venait et vivre son histoire à la croisée de celles des autres.

 

Une petite perle comme une larme de peine ou de joie.

Un ouvrage à lire sans hâte, et à laisser poser sur la pierre chaude d'un muret, ou d'un banc quelque part  dans la lumière du soleil levant ou couchant! Des phrases à garder au coin du coeur et à méditer dans la tièdeur d'un soir! Une ode à la vie à chanter à voix douce...comme une berceuse :

 

"C'était une citation de Mark Twain :"let us so live that when we come to die, even the undertaker will be sorry"..."

 

"Si je perds la mémoire, Sydney et Maggie vont disparaître, et Pierre, et Henri, et les autres. Mais si tu écris leur histoire, ils resteront encore un peu"

 

"Tous les hommes sont mortels, Alice. Tous les hommes surtout les maris"

 

"Les seules personnes normales, ce sont les gens qu'on ne connaît pas. Et dés qu'on les connaît un peu, on voit vite qu'ils ne sont pas comme tout le monde, parceque ça n'existe pas des gens sans bizarreries."

 

  SAM 1772

Bonne et douce lecture!

Bergamotte

 

Repost 0
Published by bergamotte et cardamone - dans Littérature
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 12:01

album-cover-medium-9792.jpgalbum-cover-medium-14042.jpgkylooe_3.jpg

kilooe8.jpg

 

Vendredi, il pleuvait (Dieu que je suis originale!!!!) pour échapper à cette pluie omniprésente, je me suis plongée

dans trois mangas. J'ai les yeux noisette, cependant quand j'ai levé mon nez de ces trois ouvrages, ils avaient changé de couleur, le ciel dehors aussi, et à vrai dire un peu tout ce qui m'entourait...

 

Kylooé ça veut dire rêve, et  little thunder : l'auteur de ces trois mangas nous y entraîne bien vite. Dans le premier tome, une jeune fille Lanyue, qui a du mal à s'intégrer dans son lycée. Elle a également du mal à obtenir grâce aux yeux de ses parents omnibulés par les qualités de sa soeur aînée partie étudier à l'étranger. Lanyue est donc bien triste, elle songe, se réfugie dans sa chambre pour y écouter de la musique, mais seule...Quoi qu'un beau jour, le petit monstre qui figurait sur la pochette d'un CD prend vie dans sa chambre. C'est là que commence à exploser la lumière en taches multicolores, qui finissent par éclabousser le lecteur.On plonge à la vitesse grand V dans un rêve étrange...Cette idée du rêve qui sauve de tout m'est chère...L'évasion sous le nez de tous...être là sans y être...tomber du ciel....Bref, un premier opus que j'enfilais comme une bonne vieille paire de chaussettes douces et toutes propres...

 

Lisant vite, je passais au second tome....c'est mon coeur qui a été bousculé cette fois. Les souvenirs amoureux de Lin Sanyi, un jeune étudiant harcelé par sa nouvelle petite amie sur le sujet...L'air de rien, on s'attache à l'objet de l'amour de ce jeune homme. Comme lui, on sourit pour ne pas pleurer, pour ne pas montrer que nos sentiments, bien qu'anciens, enfouis sous des tonnes de feuilles mortes, sont là, bien vivaces, comme ces plantes qui semblent mourir en automne et reviennent encore plus belles au printemps suivant...Nostalgie...quand tu nous tiens.

 

Lecture! quand tu me retiens, j'attaquais directe le dernier tome...Cette fois je découvre un monde où on ne montre pas ses émotions...Si par malheur, une larme, un rire, vous échappe...vous vous retrouvez à croupir dans un camp, où l'on vous éduque à l'impassibilité, l'absence d'émotivité, le néant des sentiments...Qu'il est terrifiant ce monde où tout est effectué avec diligence et docilité, tout le monde suit les lois promulguées aussi absurdes soient-elles, le politiquement correcte, ce, sans moufter...Comme il serait horrible de vivre dans un monde où l'on ne pourrait aimer, sourire, se donner la main, s'embrasser, et pleurer quand on est triste ou malade, ou heureux...Vous ne pouvez pas vous imaginez comme ce monde serait choquant...

 

Je referme ce dernier manga songeuse...Dehors il pleut...Autour de moi le silence, dans la rue sur la grande avenue, muet pour cause de double vitrage, le serpent des embouteillages de 17h n'en finit pas d'onduler spasmodiquement obéissant aux feux de signalisation...J'aimerais là, tout de suite, un ami imaginaire qui m'envolerais au pays des souvenirs pour y faire éclater des rires à fond le coeur dans les barbes et au nez des choses si bien pensées!

 

Bergamotte...tu n'es pas raisonnable...Cesse de râler...prends ton petit morceau d'os en plastique et ronge, ronge dans ton petit panier...là, comme ça, c'est bien...Tout le monde a ses petits soucis...

 

 

 

 

 

Bergamotte

Repost 0
Published by bergamotte - dans Littérature
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 15:47

 

 

 

 

imagesCAD363HV.jpg

 

 

Il était dit que ces quelques mois de repos et d’inactivité cérébrale étaient faits pour me préparer à réagir pleinement à la lecture d’un Livre, que dis-je, d’une œuvre, quoi de plus…Une gifle littéraire monumentale, telle qu’une fois reçue si vous avez compris le message, vous continuez de vibrer… Comme d’habitude oh ! le joli petit livre vert avec des amoureux qui s’embrassent, s’enlacent, à pleine couverture…Voilà qui me semble guilleret et attractif !!!121 pages, un petit cupcake littéraire ! idéal pour passer une soirée « fille-seule-qui-lit ». Et « paf ! » la fille seule qui lit. Dés les premières pages elle sent qu’elle ne va faire que passer, elle voudrait pas déranger, ils ont l’air bien occupés et en plus ils sont tout nus, et ne font pas que jouer au scrabble…Et puis bon allez, quelques lignes coquines de temps à autres, c’est rien que du naturel, cessons de jouer les mijaurées, et puis si « un jour mon prince viendra » qui sait ça lui donnera peut-être des idées…Alors elle reste, elle va pas en mourir…Rien de moins sûre… Le livre porte bien son titre : « c’est fou une fille… »Et je vous assure que j’étais loin d’avoir envie de titiller ma fibre féministe qui ne s’avoue pas. Je voulais juste lire, me faire plaisir. Cette histoire est une histoire d’amour au sens que l’on donne aujourd’hui à l’amour. Comment ça qu’est-ce que j’entends par là…Vous ne regardez jamais les infos sur certaines chaînes ? Dommage elles sont sponsorisées par les nouvelles technologies de l’amour…Vous n’avez jamais gloussé devant la publicité adopte un garçon.com…Vous n’avez jamais envié ces libertins épanouis le torse glabre et luisant, la dent de prédateur blanchit (tellement qu’on dirait que c’est à la chaux ???) qui vous ventent les délices des multi-expériences sensorielles sans fin et en meutes??? Vous n’êtes alors pas modernes…Vous pensez encore que le mot amour a besoin de plus qu’un monde d’attractions mutuelles, de plus qu’une paire de seins et qu’une taille de Barbie, de plus qu’un cachet bleu qui vous transforme en bête de …, de plus qu’un minishort insolent soulignant le rebondi d’un arrière train bronzé, de plus qu’une étreinte furtive dans un coin sombre…Vous n’êtes pas dans l’air du temps. Vous êtes de celles ou ceux qui pleurent quand une histoire s’achève. Vous n’avez pas rendez-vous ce soir avec une telle, demain avec un tel et en fin de journée avec elle aussi. Lorsque vous regardez la personne que vous aimez, vous la respectez, vous avez envie de lui faire du bien, d’être agréable, et vice et versa…Si c’est le cas…Lisez cet ouvrage, et si ce n’est pas le cas lisez le aussi…Tout le monde y trouvera son souffle coupé, sa phrase qui vise juste, sa peine qui fait écho, son histoire qui fracasse…Si parfois le style minimaliste de l’auteur peut surprendre, il reste que l’on comprends très vite que ces petits bouts de phrases, ces mots qui se suivent et se bousculent, sont là pour traduire, l’urgence, la violence, la fougue du cri d’une âme blessée, ou peut-être de deux… Allez lisez Milord !!!

 

« Elle est sourde…muette…aveugle…cette chose-là, elle est dans le noir…Elle sait rien, elle comprend rien, mais comment, elle sent, je te dis pas…Elle est plus sensible, plus sensitive, plus émotive, plus vite troublée qu’une falque d’eau douce…Elle est archi-peureuse, archi-sauvage, archi-impressionnante, archi-fragile… »

 

« Elles n’ont pas dit qu’un amour qui passe comme passe la saison du rut et qui tourne comme tourne le vent n’était pas de l’amour ! » « Elles n’ont pas dit…qu’on ne touchait pas…impunément…à une femme…On ne touche pas…On ne touche pas à une femme…impunément… »

 

 

 

 

Bonne découverte...

 

 

Bergamotte

Repost 0
Published by bergamotte et cardamone - dans Littérature
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 13:22

 

                        9782226246851m.jpg

       Ne me demandez pas pourquoi je lis un livre qui fait peur alors que je suis une trouillarde née… Peut-être à cause de l’auteur ??? Sfar…Peut-être parce que les vampires qu’il me présentait jusqu’à présent étaient « mignons » dans le sens, gentils, pas trop mauvais… En tous cas je l’ai fais…Bref c’était les vacances, il faisait un temps pourri de chez pourri : pluie, froid, pas de lumière, pas de sourire, pluie, froid…L’éternel avait une couverture parme et dessus semblait s’envoler un homme chauve aux oreilles pointues…à l’arrière quelques mots bien sentis pour me donner envie d’ouvrir :

 

  «  les vampires , ça n’existe pas . La psychanalyse ça ne marche pas. On était faits pour se rencontrer. »

 

Et voilà votre Bergamotte qui entrouvre la porte qui lui est interdite…et qui déboule en pleine guerre, dans une contrée lointaine, au milieu de soldats plus ou moins lucides, et plus ou moins saouls. Là elle aurait dû fuir Bergamotte…Mais non, écervelée, telle l’héroïne d’un film d’horreur de série B, elle a continué. Tant pis pour elle…Elle suit le romantique Jonas, et soudain, ça éclate de partout : bombes, charge de la Cavalerie, tuerie, cadavres, charognards…puis silence, et naissance d’un vampire. Nous sommes loin des œillades de Pattinson, notre cher Edwards à l’écran…Ah ! Il est pas beau le vampire. C’est du vampire à l’ancienne, avec une petite tête chauve, un teint grisâtre, une dentition petite mais costaud…Non, l’ami Sfar ne nous apporte pas du joli-joli…enfin, presque, ce vampire il n’est pas beau du dehors, MAIS, du dedans il est tendre, amoureux, fidèle, et il a une bonne conscience…en plus il a des circonstances atténuantes, aggravantes…Roooh ! Bergamotte ne sait plus, Bergamotte s’y perd, elle s’éprend, elle s’attache, elle hurle d’horreur, elle minaude…En un mot comme en « sang »…(c’est pour le côté globule hic !) Bergamotte accroche et ne lâche pas son ouvrage. Non contente d’entrer dans l’histoire, elle file le long des couloirs du roman et ouvre, ouvre et ouvre encore les portes des longs corridors de la narration. Qu’à-t-elle aimé ? le côté évolutif de la chose…on ne devient pas vampire comme ça…le côté introspectif de l’argument : le vampire pense, il s’ennuie, trimbale son blues et ses chaussettes sales avec lui à travers les siècles. Il y a du Lewis dans l’écriture de Sfar…Son personnage ne tombe pas dans  le gouffre d’un rêve comme Alice. Cependant, il essaye de s’extirper du gouffre qu’est sa tombe sans fond, et d’échapper à sa nouvelle nature. Non se vampire ne devient pas végétarien, mais il essaye de s’anéantir tout seul, avec courage, et de nombreuses fois, mais en vain. Pauvre petit vampire moche…Il fait tant et si mal qu’il nous donne envie de rire, ce rire plus fort que nous qui nous dégringole de la commissure quand devant nous quelqu’un s’étale de tout son long…On ne voudrait pas, on ne devrait pas…mais voilà. Alors, lisez cette histoire d’épouvante hors-normes. Vous m’en direz des nouvelles ! Retenez ce titre : L'éternel de Joann Sfar .

 

« Et le vampire retira tous ses vêtements militaires, prit la bassine qui servait de lessiveuse, lava tout à grande eau. Il brossa également son manteau et ses bottes, puis fit même de la couture… »

 

 

« je suis encore sur terre pour Hiéléna, songea-t-il .C’est la seule explication.Je lui avais promis une vie satisfaisante, des enfants. Si on m’a redonné le souffle, c’est pour faire exister ce projet. L’idée d’un vampire père de famille ne le défrisait pas… »

 

 

1889%20-%20Ophelia%20(John%20William%20Waterhouse)

 

 

Bon week-end!

 

Bergamotte

 

 

Repost 0
Published by bergamotte et cardamone - dans Littérature
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 13:18

 

 

frank-cadogan-cowper-L-hkb4XC.jpg 

 

 

Un petit moment déjà depuis ma dernière chronique de livre…Je reprends ce jour, avec : Laura Willowes, une histoire de Sylvia Townsend Warner, son premier roman, publié en 1926. Je me suis laissé entraînée dans cet ouvrage par le petit résumé au dos, un peu comme certains messieurs  se laissent séduire par une belle chevelure (de dos je ne vois pas ce qui peut attirer un monsieur !!!) bref, quelques mots qui me donnaient un avant goût de ce qu’allait être cette Laura Willowes. Vivant auprès de ses parents, dans la maison de son enfance, Laura est une enfant, puis une jeune fille, puis une jeune femme, sans changer de cadre de vie. Elle y est comme un bel objet discret, indispensable et serviable. Elle est semble-t-il dans l’endroit du monde où l’on veut le plus d’elle. Elle est ce que l’on attend qu’elle soit, sans vague, sans bruit, comme un murmure permanant mais dit à voix très basse. Cette sorte d’harmonie est brisée le jour où son père meurt, et où la maison est mise en vente. Laura est emportée avec et comme un meuble, pour être installée chez son frère, elle s’y transforme alors en tante lolly, et tient son rôle avec constance, toujours dans son retrait ouaté. Le fil de sa vie semblait être voué à se dévider sans espoir de vibrations, ou de rupture. Puis un jour, alors qu’elle entre dans une boutique, une odeur la tire de sa torpeur originelle…Une odeur de bois, d’humus, de fraîcheur et de terres inconnues qui parfume les branches de hêtre que lui donne le vendeur. Là, en un éclair sa destinée bascule, s’en est terminé des rêves laineux et secrets de liberté, Laura s’en va, Laura s’enfuit, Laura va vivre. J’aimerai vous décrire par le menu l’épanouissement de cette jeune femme, mais il vaut mieux que je m’arrête là, que je referme le livre et que je laisse bien en vue, pour qu’en passant il attire votre regard et vous intime : « lis moi ! »… Suivez de derrière les branchages cette étrange figure, qui s’ouvre à la nature comme une corolle aux lumières blanches du jeune printemps.

 

 

 

Tableau  de Franck Cadogan Cowper

 

 

Bergamotte

 

Repost 0
Published by bergamotte et cardamone - dans Littérature
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 22:12

 

http://www.artnet.com/artwork_images_618_281193_mark-ryden.jpg

Mark Ryden

 

 

Bon dieu de bon dieu que j'ai envie d'écrire un petit poème

Tiens en voilà justement un qui passe

Petit petit petit

viens ici que je t'enfile

sur le fil du collier de mes autres poèmes

viens ici que je t'entube

dans le comprimé de mes oeuvres complètes

viens ici que je t'empapouète

et que je t'enrime

et que je t'enrythme

et que je t'enlyre

et que je t'enpégase

et que je t'enverse

et que je t'enprose

 

la vache

il a foutu le camp

 

 

Raymond Queneau

 

 

 

Repost 0
Published by Cardamone - dans Littérature
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 15:53

 mon-meilleur-ami.jpg (photo prise sur le net)

 

Quelque part en Australie, Ashmol un jeune garçon suit sa sœur kellyanne des yeux . Elle l’énerve cette petite sœur à parler toute seule toute la journée. Elle soutient qu’elle n’est pas seule, et qu’elle parle à ses deux amis Pobby et Dingan…Mais ces deux là, on ne les a jamais vu, ni entendu, pourquoi ? simplement parce qu’ils n’existent pas. Pobby et Dingan sont les amis imaginaires de la petite fille. Elle y croit dur comme fer, rien ne lui ferait renoncer à cette amitié extraordinaire.

 

Je ne peux pas en dire plus sinon je soufflerai sur la poussière d’or magique qui nimbe cette belle petite histoire. Je ne dis pas cela pour dénigrer, je réalise juste le périlleux exercice qui consiste à faire passer une bulle de savon dans la main d’une autre personne sans que cette bulle n’éclate. Vous ne passerez pas des heures et des jours à lire ce récit, mais il se gravera en vous, quelque part, en enfance, ou en rêve. Vous en sourirez ou vous en pleurerez, mais vous n’y serez pas totalement indifférent pour peu qu’à un moment ou à un autre, au cours de votre lecture vous vous soyez demandé : « et si c’était vrai ? ». Allons tendez votre main j’y dépose une plume fragile et forte à la fois : Pobby et Dingan de ben Rice!

 

 

« Ecoute-moi Sid .Je n’ai rien pillé du tout. Je ne suis pas un voleur. Je cherche les amis imaginaires de ma fille et t’as intérêt à me croire, mon gars ! »

 

 

 

« Et le reste du monde nous prend pour des fêlés, mais ils peuvent bien parler à leur derrière, je m’en fiche. Parce que ce sont juste des cinglés qui ne savent pas ce que c’est que de croire en quelque chose qu’on a du mal à voir, ou de continuer à chercher quelque chose qu’on a vraiment du mal à trouver. »

 

 

 

Bergamotte

Repost 0
Published by bergamotte et cardamone - dans Littérature
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 14:43

http://3.bp.blogspot.com/-EAio4cHA6w8/ToPq1cBxGGI/AAAAAAAADHw/CS96EmbafLI/s1600/Ori+Gersht+1.jpeg

                         Ori Gersht

 

 

Je pense quelquefois que si j'écris encore, c'est, ou ce devrait être avant tout pour rassembler les fragments, plus ou moins lumineux et probants, d'une joie dont on serait tenté de croire qu'elle a explosé un jour, et répandu sa poussière en nous. Qu'un peu de cette poussière s'allume dans un regard, c'est sans doute ce qui nous trouble, nous enchante ou nous égare le plus.

P.Jacottet - Le Cerisier

Repost 0
Published by Cardamone - dans Littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • : Ecriture Poésie Histoires
  • Contact

Recherche