Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 15:14

7257780848_195a11082b.jpg

 

Moi ce que j'aime chez les enfants c'est la capacité qu'ils ont parfois a s'en tenir à leurs rêves!

Ainsi ils bravent les interdits, bousculent les idées reçues, balancent des coups de pieds dans les choses toutes faites...Il en va ainsi de l'amour : c'est une chose sèrieuse, qui n'arrive qu'aux grands, et qui est tellement difficile à entretenir... Moonrise Kingdom prend le contre pied de toutes ces belles leçons! Je ne sais pas ce qui m'a le plus séduite, la moue volontaire des deux jeunes protagonistes? Le côté perdu de leur cause commune? le sérieux de l'intensité de leur passion? ou le grotesque de tous ces adultes décalés...Hihihihihi! (c'est un rire de sorcière! c'est de saison!) j'ai vraiment adoré, j'ai encore envie de le voir, je suis beaucoup trop adepte de ces anti-héros qui perdurent et continuent de brûler en dépit de toutes les trombes d'eau glacée qu'on verse sur eux!  C'est une fabulette personne n'est dupe, mais que c'est bon! Tiens si je pouvais je prendrai un haut-parleur et je chanterai jusqu'à plus de voix : "Love is all!". Non je ne vais pas faire ça, je vais juste vous inviter à voir ce film, avec la concentration et la rigueur que nous adoptons lorsque nous jouons à "je te tiens, tu me tiens, par la barbichette, le premier qui rira...."Une dernière chose c'était quoi votre rêve  d'enfant, oui souvenez-vous cette chose à laquelle vous vous étiez promis de ne jamais renoncer?

 

Belle fin de semaine!

 

Bergamotte

Repost 0
Published by bergamotte - dans Cinéma
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 20:09

http://1.bp.blogspot.com/-KMLX0g-1RbU/T9NG5H0dUtI/AAAAAAAAAnc/bG1ENyHqPCE/s400/le_grand_soir_ver2.jpgJ'ai toujours eu un problème avec les zones commerciales, comme avec les caméras partout - ça m'angoisse! Alors évidemment j'ai adoré Le grand soir... comme une dernière note d'espoir dans ces rires provoqués par cette désastreuse logique consumériste déshumanisante: si ça continue comme ça, peut-être qu'on pourra toujours devenir punk à chien - non que ce soit la joie mais au moins, à eux deux, they're Not Dead.

Ben oui, au départ, Jean-Pierre - interprété par Albert Dupontel, excellent - aime la zone commerciale parce que tout y est aux normes, de la literie aux gens... Et puis Jean-Pierre est viré et initié par Not, son Punk à chien de frère, qui le rebaptise Dead.

Certes, les efforts de nos deux héros pour enflammer la zone commerciale - je puis me permettre de vous le dire sans porter atteinte à un suspens inexistant - seront totalement vains. Et on ne fera pas la Révolution en sortant du ciné. Mais bizarrement, malgré la peinture très noire qu'il fait de notre société, malgré son côté dépressif, Le grand soir a quelque chose de libérateur, comme une invitation à sortir malgré tout de ce que notre société peut avoir de mortifère, comme une ode à ce qui reste de fantaisie, de déjanté, de poétique en nous

Repost 0
Published by Cardamone - dans Cinéma
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 18:49

http://www.cannesvupar.com/wp-content/uploads/2012/05/The-Angels-Share-612x300.jpg

 

Un film sympathique et agréable, parce qu'il mélange d'une drôle de façon, presque avec le charme de la maladresse, la dimension du réalisme social (et l'impasse dans laquelle se trouve notre héros) à un truc invraisemblable mais tout à fait réjouissant (qu'évidemment je ne peux pas vous raconter!) - un mélange bien peu harmonieux mais tout à fait savoureux, un peu comme une histoire qu'on se raconterait le soir pour mieux s'endormir, pour faire de doux rêves...

Repost 0
Published by Cardamone - dans Cinéma
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 19:22

http://md0.libe.com/photo/425753/?modified_at=1337847358&width=476

 

Quand un cinéaste français n'a pas peur de prendre des risques, ça peut être éblouissant, avec des images qui passent et repassent dans votre tête les jours qui suivent. Evidemment, c'est spécial, ça ne plaira sans doute pas à tout le monde, Et qu'il est difficile de parler d'une suite de fulgurances magnifiques, mystérieuses, dont le sens échappe en partie mais qui font vibrer, rêver, qui nous enchantent même lorsqu'elles nous horrifient, portées par l'immense talent de Denis Lavant et d'Edith Scob.

 

Cardamone

Repost 0
Published by Cardamone - dans Cinéma
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 12:08

 

 http://lablogospheredemathilde.files.wordpress.com/2012/05/dark-shadows.jpg

       

                                                            

 


Je vais pas vous faire une critique de Dark shadows…tout le monde le fait sur le net alors à quoi bon…Et qu’est-ce que ça peut vous faire de savoir que je suis une fan inconditionnée de Tim Burton ? que Johnny et moi on se connaît depuis que j’ai 12 ans, et qu’il a mon numéro de portable et que moi j’ai sa photo sur ma table de nuit ? Hein ? non ça serait pas du jeu, ou alors le jeu de la frime, ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas comme ça ! non…

 

Non, j’ai envie de vous parler d’un truc étrange qui s’est passé lors de la projection…limite une apparition sur l’écran d’une entité inexplicable et des plus troublantes ! Non, je ne parle pas de cette palette éblouissante de talents réunis…Je vous parle de cette petite mamie, tout en cheveux. Elle est juste…là ! Elle astique à la vitesse d’un escargot dans le désert des chandeliers. Elle met deux jours à exprimer le jus d’une orange à la main pour le petit déjeuner de ses maîtres. Elle retape les couvres lits alors que Johnny-le-vampire joue au cochon pendu dans les tentures à côté d’elle. Elle prend un truc dans l’armoire alors que Johnny-le-vampire est recroquevillé dans le haut du meuble, et le referme juste après. Elle passe la serpillère au même endroit pendant un siècle genre « Madame faut qu’ça brille ! » mais au ralenti…

Elle m’a subjuguée pendant tout le film ! je n’avais d’yeux que pour elle, et d’interrogations que pour sa fonction réelle. J’ai retourné et retourné dans ma tête le concept total que composait cette vieille dame….Madame à son rythme…et j’en suis tombée grave amoureuse ! Oui j’envie Madame à son rythme, qui traverse la vie en faisant fi des limitations de vitesse ! qui ne perd même pas son temps à écouter les sirènes hurlantes qui gouvernent notre vie quotidienne. Madame à son rythme se fout des modes, du temps, des gens. Elle n’a que faire du vernis bleu turquoise qui fera notre bonheur sur les plages cet été ! Elle se moque du dernier Yaourt shampoing crème qui fait la peau douce, le poil brillant et fait baisser le taux de cholestérol !

Madame à son rythme est au dessus de tout ça ! au dessus de nous tous ! et elle s’offre le luxe sous notre nez d’être actrice dans un film de TIIIIIIIIIMMMMMMMM !!!!

Madame à son rythme je vous dis bravo ! Vous êtes la meilleure ! vous avez toute mon admiration ! vous serez mon modèle féminin, et que le monde s’agite, je m’en moque bien, je ferai mon petit bonhomme de chemin ! chapeau bas ! et pour vous rendre hommage je ne me mettrai pas de vernis turquoise de tout l’été 2012…qu’on se le dise !

 

 

Bergamotte Deep Burton à son Rythme.

 

 

SAM_0414.JPG

 

 

Repost 0
Published by bergamotte - dans Cinéma
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 20:26

Avril-2012-056.JPG

 

 

Joueuse, de Caroline Bottaro, avec Sandrine Bonnaire et Kevin Kline

Trouver sa passion. Le truc pour lequel on est doué. Le truc qui va nous faire vibrer nous raviver nous ranimer - on en rêve hein?!

 

Pour Hélène c'est les échecs.

 

13-et-14-mai-2012-079.JPG

 

Joueuse est l'histoire d'une passion, d'une renaissance.

 

Hélène est du style à sourire quand elle voit sa jeune collègue embrasser son amoureux - pas aigrie, plutôt du genre lumineuse, on pourrait dire qu'elle a réussi sa vie, sa patronne l'apprécie - il est vrai qu'elle dit toujours oui, son couple fonctionne assez bien, une relation plutôt belle avec sa fille. Mais sa fille est grande, amoureuse...

 

Mai-2012-154.JPG

 

En faisant le lit dans une chambre de l'hôtel où elle travaille, Hélène voit des amoureux jouer aux échecs - Fascination Révélation Naissance d'un désir qui arrache aux habitudes, au risque de s'étioler de se faner, bouscule ce qui s'est construit autour d'elle et menace de l'étouffer. Hélène va faire sienne la devise "Quand on prend des risques on peut perdre. Quand on n'en prend pas on est sûr de perdre."

 

Avril-2012-060.JPG

 

Joueuse est un joli film, sans grande prétention, simple mais lumineux - un "feel-good movie" dit Sandrine Bonnaire - parfaite dans le rôle.

 

http://storage.canalblog.com/19/19/528116/42575676.jpg

 

Cardamone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cardamone - dans Cinéma
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • : Ecriture Poésie Histoires
  • Contact

Recherche