Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 19:20
SAM_3609.JPG
 
La voilà de retour votre Bergamotte...mes larmes séchent et puis reprennent...parfois je flirte avec le démon à quoi bon, d'autres fois encore nos rires, vos mots sont plus forts que tout! On dit que les chats noirs portent malheur...Vous avez déjà essayez d'imaginer un petit chat portant sur son dos souple, le malheur du genre humain???
 
Non moi je sais, c'est la bêtise du genre humain qui porte malheur et le chat lui passe son chemin...et je le vois, et je me dis :" t'as bien raison le chat, d'aimer quand tu veux et qui tu veux, ou pas! t'as bien raison! file bon chat!".
 
Mais je m'égare...  j'ai lus et relus vos messages, et tenté de vous dire MERCI et combien tout ce que vous avez pu me dire m'a touchée, relevée, réchauffée, galvanisée, consolée...Maintenant grace à vous se mêlent à ma détermination une force proche de celle des fibres de bambous...de roseaux...Vous savez celui qui plie mais ne rompt pas... A propos de rompre, une chose que j'aimerai ne jamais voir se briser, c'est ce filin, ce geste que vous avez fait envers une parfaite inconnue, qui sait-on jamais l'avait mérité...cette volée de bois vert???( ça je le dis en y croyant de moins en moins, ne vous inquiètez pas). Même si quelqu'un vous déplaît et est rejetté par tous les pores de votre épiderme, le brutaliser est l'une des abjections les plus basses que vous pourrez lui infliger...Alors ne pas le faire...Pour lui, pour vous.
 
Je dis ça mais je dis rien ça n'a pas empêcher une pesronne de mourir sous les coups d'un proche tandis que je vous parlais. Une autre aurait mis toutes ses forces à prendre sa revanche sur  son agresseur...Moi je peux pas. Quant à la justice, elle est un mur immense, lisse et dur, contre lequel on peut se cogner comme un insecte à une vitre! 
Sans prise aucune pour les sous-emprises de.... 
 
Par contre, ça ne me coûte rien de demander "vous avez besoin d'aide?" "je peux faire quelque chose pour vous?"...ça ne me coûte (ni rapporte rien!!!) de vous demander de faire passer le message à la façon brutale de "ça c'est passé près de chez vous". ça ne me coûte rien de vous dire qu'hier encore j'étais au téléphone avec une personne merveilleuse de ce Lieu d'Accueil et d'Ecoute pour les personnes victimes de violences, et de vous dire oui il y a des associations, des gens bienveillants, des mains tendues...et pardonnez moi mais Bon Dieu que ça fait du bien d'être en vie aussi, quand la ronde de tous ces humains de bonne volonté se met en route, mains et  coeurs imbriqués dans celui de l'autre...comme ça parceque la vie, parceque vous, parceque...
 
Oh! une larme...pas fais exprès...très fort de s'adresser ainsi à vous, sans fard...Bref, avec l'accord de Cardamone, je reviendrai trépigner devant vous, taper du pied et hurler si besoin...
 
Un Merci sans limite...
Affectueuses pensées et bises (je suis comme ça!)
 
 
Bonne semaine à vous!
 
 
 
 
Peinture de Sandrine : Spéciale dédicace à tous les internautes aux nobles coeurs et à ma Cardasoeur!
 
 
 
 
Repost 0
Published by bergamotte - dans N'est-on femme
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 22:01

http://www.bricabook.fr/wp-content/uploads/2012/09/orange.jpg                                                         ©Romaric Cazaux

  

Au pays d'Olmaksoum, il était inconcevable que le nectar du Soleil soit absorbé par n'importe qui. Seul le roi et ceux auquel il accordait ce privilège pouvaient savourer le divin breuvage. Jamais Yamila n'aurait pensé un jour remettre en question cet ordre des choses. Jusqu'à ce voyage. Tout était différent à Larentor, où l'on partageait de la façon la plus équitable les merveilleuses sphères orangées. Les Larentoriens écarquillaient les yeux ou éclataient de rire à l'idée qu'il puisse en être autrement - Quelle farce Yamila! Qui pourrait gober ça?

 

Aussi quand Yamila rentra à Olmaksoum, elle dissimula dans ses sacs autant d'oranges qu'elle put. Elle avait peur. Nakhal était un roi souriant en apparence mais capable de vous faire décapiter pour beaucoup moins que ça. Par bonheur les yeux brillants de Yamila et son lumineux sourire avaient le magique pouvoir d'endormir toute suspicion et la jeune femme rentra sans encombre chez elle, où elle fonda la société secrète des Orangeariens. A cette époque à Olmaksoum de nombreuses sociétés secrètes voyaient ainsi le jour: Yamila n'était pas la seule à trouver qu'il y avait quelque chose de pourri en ce royaume.

 

Les Orangeariens plantaient leurs arbres et organisaient de joyeuses fêtes où le bienfaisant liquide coulait à flot, provoquant rires, chants, danses et une irrésistible joie de vivre qui leur conférait une bien étrange énergie dans un environnement plutôt morose.

 

Rires et chants ne sont choses discrètes et trop vite la société secrète se fit connaître, suscitant l'enthousiasme des foules. Nakhal frémit, rugit, ordonna qu'on punisse sans pitié cette hérésie. La dernière heure des Orangeariens avait sonné. Comment ces pacifiques et pauvres bougres pourraient-ils tenir tête à un roi - et surtout à ses soldats?

 

De partout pourtant la résistance s'organisa. On rassemblait les fruits comme autant de munitions. Les sociétés secrètes avaient toutes répondu à l'appel. Le bruit du massacre à venir se répandait et les Olmaksoumiens étaient nombreux à accourir pour tenter de l'empêcher.

 

Malgré cela, lorsqu'ils virent l'armée marcher sur eux, tous pensèrent que c'en était fini. Cette fois ce serait leur sang et non le jus des fruits qui coulerait.

 

Un enfant prit alors sa munition et s'avança vers le presse-orange - puisque tout était perdu il voulait sentir une dernière fois sur son palais l'incomparable saveur. Il en avala une gorgée et s'écria: "Soldats, avant de faire éclater, d'écrabouiller ces merveilles, saisissez votre chance, goûtez à ce fruit qui vous est interdit."

 

Les soldats le regardèrent interloqués. Jamais ils n'avaient désobéi à Nakhal. Mais ce fruit défendu, ils en avaient tant rêvé... L'un d'eux posa son arme et s'approcha de l'enfant. Bientôt tous l'imitèrent. Et la plus merveilleuse, la plus inoubliable des fêtes qu'Olmaksoum ait connu commença alors.

 

 

Cardamone

pour l'atelier d'écriture de Leiloona

 

 

Repost 0
Published by Cardamone - dans Contes et histoires
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 08:38

 

 

P28-04-11_13.09.jpg

 

Plusieurs matins que je rentre dans la salle de bain avec la gorge serrée...Quoi? une araignée dans la baignoire? un ongle cassé? une panne de BB crème? Non, mais depuis plusieurs jours je fais durer le gel douche...Rien d'extraordinaire, on est soucieuse de son petit porte monnaie, on économise en temps de crise...C'est très bien tout ça ma petite dame! pas de quoi rentrer dans la salle de bain la boule au ventre! Si, ou non, comme vous voulez...Je n'aurais jamais cru qu'un jour j'éprouverais une peur panique de ne plus avoir de savon pour me laver. Si je n'ai plus de savon, et que je n'ai pas les moyens d'en racheter, combien de temps mettront mes collègues pour s'en apercevoir? Combien de temps oserais-je aller vers mon prochain sans la peur de l'incommoder?Si je n'ai pas de quoi m'acheter du savon, que dire du dentifrice? que dire de la lessive? que dire de l'électricité? que dire du loyer? J'ai fais des études, jusqu'en maîtrise, j'ai un travail, j'ai un petit garçon, cependant j'économise mon gel douche, aussi angoissée que si ma vie en dépendait. Quand je passe aux abords d'une boulangerie, comme vous, je sens les effluves croustillantes des baguettes qu'on tire du four, j'entrevois au passage les croissants qui font le dos rond, les petits ventres des pains au chocolat...Mais depuis plusieurs matins, aux abords des boulangeries, je presse le pas, je garde les yeux rivés au sol, j'ai envie de pleurer, et j'ai mal au ventre. J'ai un travail, un petit garçon de 11 ans et pas de quoi lui acheter la moindre pâtisserie débonnaire. Je n'aurais jamais cru éprouver un tel degré de honte en passant devant une boulangerie. Hier soir j'ai voulu me changer les idées, zapper comme des millions de gens, l'oeil vague devant des images qui n'ont même pas besoin d'avoir du sens...L'écran est resté noir, plus de télé, plus de téléphone, plus de connexion internet...Du retard dans une facture et SFR vous coupe tout d'un coup grâce aux multiples avantages de la Box! Mais qu'est-ce que j'ai fait? Qu'est-ce que j'ai fait? Venez je vais vous montrer, c'était il y a trois ans. J'habitais un pavillon dans un petit village. Il y avait un petit jardin autour avec des roses et de la lavande...j'ai toujours aimé les fleurs. Il y avait une petite cours, où pouvait jouer le petit en toute sécurité. J'avais une petite cuisine proprette, aménagée...A cette époque de l'année, il faisait frisquet, mais il y avait une cheminée, et y faire un bon feu suffisait à tout faire oublier! Tout?  Non pas tout...pas les insultes, pas les coups de pieds, pas les nuits sur le sol carrelé, pas les bleus sur le corps, pas la peur d'aller dormir, pas l'horreur du silence.Il ya trois ans voilà ce que j'ai fait, un soir j'ai pris mon manteau, j'ai habillé mon tout petit garçon, je lui ai donné la main, nous sommes sortis et nous avons tourné le dos à la si jolie maison, au confort d'une vie à deux salaires, à la misère affective de la violence conjugale...Je me croyais sauvée...c'était sans compter sur l'inventivité de l'esprit d'un pervers, sans compter sur les aveuglements de certains juges, sans compter sur la précarité absolue à laquelle ont le droit des milliers de femmes et d'hommes ayant choisi la liberté et la dignité plutôt que l'enfer d'un huis-clos sans nom. Où ça? oh! pas bien loin de chez vous, quelque part en centre France, en 2012... un cas parmi tant d'autres.

Repost 0
Published by bergamotte - dans N'est-on femme
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 20:34

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/be/Jean-Marc_Ayrault_-_mars_2012.jpg/200px-Jean-Marc_Ayrault_-_mars_2012.jpg

 

1er chapitre ici

 

Chapitre 2: En février 2012, Jean-Marc Ayrault se montrait bien conscient que le traité européen était "un carcan budgétaire concocté par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel qui étend l'austérité infligée à toute la zone euro", instaurant "une politique d'austérité permanente et généralisée".

Est-ce alors le même homme qui déclare aujourd'hui aux parlementaires que ne pas voter pour ce traité serait "affaiblir l'intérêt même de la France"???

 

N'hésitez donc pas à demander à votre député qui, du Jean-Marc Ayrault de février ou de notre premier ministre, il va suivre...

http://www.audit-citoyen.org/?p=2973

Repost 0
Published by Cardamone - dans Politique
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 19:51

 SAM 3391

Oui chère Evy! êtes vous là???? Car depuis que vous avez lancé ce challenge, moi je n'en peux plus de lire et délire en français...mais rien de grave...Sois sage oh! ma Cardamone, voici venir le nouveau coup de projecteur! Ce soir lumière sur : "Le voisin", de Tatiana de Rosnay (ça c'est mon côté "sérial liseuse"!!!). J'ai rajouté des guillemets car l'espace d'une nano seconde j'ai entrevu l'image du véritable voisin de l'auteur, recroquevillé derrière son canapé tandis que la lumière de mon projecteur balaye son salon à sa recherche!!!!! (je vous l'ai dis j'en peux plus!).

 

Bien...qui parmi vous n'a pas éprouvé un jour la grisante et irrépréssible envie de sautiller dans le salon tant il est heureux (parceque vous avez gagné à l'euromillion pour la 72éme fois, parceque la loi sur les 365 jours de congés payés a été votée au parlement et approuvée par le conseil des sages, parceque la vaisselle, le repassage et les poubelles ont été remplacés par un retour à la vie préhistorique....j'en passe et des meilleures!)...Qui? vous monsieur? non, bref à celui là qu'on lui jette le premier chausson!

MOI je résiste, trop de bonheur et hop une petite voix en moi me dit "non non ma fille tu n'iras pas danser!"car sous mes pieds et même au dessus de ma tête, voir à babord, et à tribord, il y a : des voisins! 

Dans son roman, pas totalement inspiré de faits fictifs...l'auteur nous propose de ne plus jamais regarder notre voisin de la même façon! Vaste programme s'il en est...Remarque, si comme moi il y a un décalage voisinaire majeur, vous ne regarderez jamais votre voisin tout court, sauf juste avant qu'il vous claque sa porte au nez quand vous pleurnichez parcequ'à 3h00 du matin ce dernier se sert, et comment faire sinon? de sa tronçonneuse pour couper les toasts du petit-déjeuner! On est en république que diable! (ça sent le vécu me dit-on dans mon oreillette, reste objective et neutre rajoute-t-on!!!!).

 

    Bref entre les pages de ce livre, nous est livrée l'histoire acidulée d'une jeune mère de famille, toute heureuse d'avoir trouvé l'appart idéal en plein Paris, pas cher, libre de suite, proche des commerces, à dix minutes en courant de l'école de ses enfants, et avec luxe des luxes, de jeunes étudiants serviables pratiques pour les sorties entre  copines et les soirées en amoureux...D'entrée de jeu un décors naturel inquiètant, qui fait sourdre en nous (bande de méchants voyeurs!) l'envie de lire, lire et encore lire pour voir comment le plafond de son appart génial va lui tomber sur le museau! ça ne tarde pas, très vite les ennuis, accompagnés de situations cauchemardesques arrivent!

 

Même si parfois j'ai trouvé que le trait était forcé. Même si moi, à la place de Colombe, l'héroïne du roman, je n'aurais pas fait ça, mais ça. Même si souvent je me dis "Tatiana quel est le message là???" je dois avouer que j'ai eu pour parler vrai : les chocottes! oui madame! Ce sans grands effets spéciaux, et avec des ingrédients du cru, faisant écho à la banalité de mon petit quant à moi!!!!!!

 

Bon c'est pas tout ça mais il faut que je vous laisse, je dois faire signer ma feuille pour mes 365 jours de RTT! Je laisse le livre sur le canapé du salon, prenez-le quand vous voulez!

 

 

   Pour le challenge Douce France proposé par Evy


http://img.over-blog.com/217x300/3/60/76/57/Challenge/Challenge-douce-France.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Bergamotte - dans Littérature
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 22:17
 
SAM_3293.JPG
 
 
 
A l'heure ou s'ouvre à Aix-en-Provence,le mémorial  du camp des milles ( www.Campdesmilles.org), laissez moi vous parlez d'un coup de coeur qui se fait de circonstance.
 
 
J'ai découvert l'auteur il y a peu : Tatiana de Rosnay. En cela je remercie Evy, qui m'a permis de jeter un regard neuf sur la production Française avec son challenge. j'ai commencé ce livre au soleil, en fin d'après midi...et je me suis arrêtée dans la nuit vers 4heures du matin...
 
Un peu sonnée, comme à chaque fois qu'une histoire me happe dans une autre dimension. Un peu étourdie donc, et terriblement désolée...
 
" Elle s'appelait sarah" est une fiction, qui se déroule durant la deuxième guerre mondiale. le nerf de l'ouvrage c'est le fil de l'histoire que Julia Jarmond Journaliste d'origine américaine va dérouler devant nous.
 
Elle tire sur le fil de  l'histoire de Sarah et de sa famille. Elle tire même si ça résiste, même si ça craque, même si ça fait mal... Elle détricote l'épaisse couverture de non dits, de passé sous silence, d'enfouis dans les mémoires...Elle pousse tout le monde à la suite de ses hommes, femmes enfants, que l'on a parqué un jour dans un stade comme des bêtes.
 
L'histoire est terrible, se raccrocher à l'idée que c'est "pour de faux" ne marche pas. Alors on doit affronter la vérité qui se profile derrière les mots, et  les maux. On essaye de se dire "ah! les salauds de..." mais la suite est dure à cracher, un pan de notre histoire  française dont on ne se vente pas, et par dessus lequel on va même jusqu'à coller du papier peint neuf pour y faire habiter des gens nouveaux et sans histoire de guerre!
 
Pauvre Sarah, pauvre Michel...Pauvres tous les enfants du monde d'hier et d'aujourd'hui, que les adultes, qui décidément ne comprennent rien à la pureté et au fragile, ne savent pas protèger.
 A l'heure où Paris Match fais son chiffre d'affaires sur des photos de petits cadavres troués  et inertes, je me demande que dirais-je quand le jour viendra où, un enfant de demain me demandera :
"-mais tu savais? et pourquoi n'as-tu rien fais?"
 oui je me demande ce que je répondrai...Oui je savais, même que je savais trop pour pouvoir bouger!
 
Un livre à lire, à faire lire...Pour mémoire et savoir.
  
 
     
 
 
   
 
 
 Pour le challenge Douce France proposé par Evy


Bergamotte
(Illustration de Sandrine)

 

Repost 0
Published by bergamotte - dans Littérature
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 22:07

http://www.bricabook.fr/wp-content/uploads/2012/09/expositionmulti.jpg

 

Le bric à brac de mon enfance

Les crottes de nez

Et les cauchemars

Ce tintamarre sans élégance

Se brinqueballe dans ma caboche

- C'est moche

 

Le vert effroi de cet enfer

Faut-il crier

Faut-il le taire

Quels non-sens Quelles violences

Tous ces machins à oublier

- Pas l'pied

 

N'en déplaise au grand Baudelaire

Prendre de l'âge 

Prendre le large

Cela n'est pas pour me déplaire

Tous les souvenirs à la décharge

- légère

 

 

Cardamone

pour l'atelier d'écriture de Leiloona

Repost 0
Published by Cardamone - dans Images et mots
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 16:56

Jean-Marc Ayrault est vraiment capable de tenir des propos d'une grande pertinence, auxquels je souscris pleinement:

 

 "Que vous soyez pour ou contre ce traité, ne privez pas les Français d’un débat auquel ils ont droit. Exigez du président de la République qu’il soumette le traité à référendum. Ce n’est pas une volonté de marquer des points contre le président et le gouvernement. C’est une volonté de respecter les Français."

 

Alors Jean-Marc héraut de la démocratie, à la manif du 30 septembre, criant:

 

http://forumdemocratique.fr/wp-content/uploads/2012/09/photo-referendum-europeen.jpg?

 

Ah mince, non, c'est une citation de 2008... Depuis il semblerait qu'il ait changé d'avis...

Repost 0
Published by Cardamone - dans Politique
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 21:03
SAM_3144.JPG
 
    SAM 3145 SAM 3147
 
Je vous ai apporté des photos,
Parceque ces fleurs sont périssables!
Pis les photos c'est tellement beau!
Quoi que les fleurs soient plus présentables....
J'vous ai apporté des photos!
SAM 3161 
Pour Ma Cardamone, de la part de Mamzelle Bergammotte!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by bergamotte - dans N'est-on femme
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 14:08

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/RL/P3/9782221114162.JPG 

 

Une quête d'identité d'autant plus prenante qu'elle tisse de façon très juste le jeu entre singularité des destins et contexte politique qui les emporte - 1964, "année de tous les dangers" en Indonésie. Les personnages sont d'autant plus beaux et attachants qu'épaisseur historique et finesse psychologique se mêlent et s'entremêlent dessinant cette "carte du monde invisible", cette "histoire secrète", ce "monde perdu" qui échappe à l'histoire officielle.

 

Ici chacun se cherche en cherchant les autres. Adam cherche Karl, son père adoptif, enlevé par l'armée, et son frère Johan, dont il n'arrive d'abord "pas à se rappeler le plus petit détail à son sujet, pas même son visage". Crise de la quarantaine ou bouleversement d'une ville où les Occidentaux n'ont plus leur place, Margaret se répète "Je ne peux pas continuer comme ça. Je dois changer, je dois changer" et va trouver le moyen de le faire en aidant Adam à chercher Karl, son amour de jeunesse. Mais c'est pour Johan qu'il semble le plus difficile d'échapper au monde invisible du passé, des souvenirs, au "sentiment que la vraie vie est ailleurs, que quelqu'un l'a volé pour l'emmener dans un autre pays, loin d'ici".

 

Tash Aw dépeint avec beaucoup de délicatesse et d'élégance la difficulté de ses personnages à trouver leur place, et leur sentiment qu'"on ne peut pas maîtriser la vie. Elle vous emmène où elle vous emmène, on ne peut que la laisser faire."

 

Cardamone

 

 

Repost 0
Published by Cardamone - dans Littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • : Ecriture Poésie Histoires
  • Contact

Recherche