Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une photo quelques mots - La griffe du chat

30 Mars 2013 , Rédigé par Cardamone Publié dans #Contes et histoires

http://www.bricabook.fr/wp-content/uploads/2013/03/3863100_orig.jpg

                            © Romaric Cazau

 

Il le descendait pour la dernière fois aujourd'hui cet escalier - avec une certaine nostalgie il devait bien l'avouer. Mon dieu, toutes ces fois où il l'avait grimpé quatre à quatre, oeillets rouges ou tulipes noires à la main, bouillonnant de vie et de désir. Amalia était belle que c'en était presque inhumain. Mais voilà, la vie n'était pas un rêve, le temps du retour au réel avait sonné. Marie-Louise était une occasion inespérée pour sa carrière. Evidemment, pour le reste, à côté d'Amalia, c'était comme un petit crapaud près de l'oiseau de feu, l'oiseau étincelant des contes. Mais on ne passe pas sa vie près d'un oiseau de feu. La vie, c'est sérieux. Il y a des choix à faire, à faire en homme adulte et responsable.

 

Sa joue droite le brûlait... Sale chat, il ne l'avait jamais aimé celui-là. Ne plus avoir à l'amadouer, il l'avait inscrit en deuxième position dans la colonne des points positifs de cette rupture... Le visage d'Amalia était resté impassible, elle avait murmuré avec sa douceur, son élégance habituelle Je comprends. Il avait voulu se donner une contenance - stupide idée de caresser cette bête!

 

Edouard s'arrêta, mit très lentement sa main sur sa joue - les mains d'Amalia se posaient ainsi sur son dos, juste à l'endroit qui le faisait souffrir, sans qu'il ait besoin de lui en parler, s'attardant jusqu'à ce qu'il ne ressente plus qu'un merveilleux bien-être. La main magique d'Amalia... La sienne semblait avoir l'effet inverse, la douleur devenait de plus en plus lancinante, de plus en plus insupportable, comme si la griffe du chat s'y plantait de plus en plus profondément. Elle irradiait, se propageait dans sa tête, dans son corps. La tête en feu. Le coeur comme glacé par un bloc de terreur. Edouard s'assit. Il ne reconnaissait plus l'escalier, tout se brouillait, les murs étaient noirs, sales, l'air semblait s'alourdir. Il fallait sortir, vite, il suffoquait - Retrouver l'air libre! Dehors le soleil brillait, dehors c'était le printemps, le parfum des fleurs, les jolies robes des femmes...

Il se releva, se força à descendre, une marche après l'autre, péniblement, comme un vieillard. La lumière s'éteignit. Trouver, atteindre l'interrupteur, cela lui semblait si difficile... Il s'arrêta, il entendait des formes sombres voler. Tout près de sa tête. Il devait se calmer. Respirer. Tout allait bien. Tout était normal. Il se tint à la rampe; plus bas dans l'escalier il voyait de la lumière. Oh l'atteindre! Il se remit à descendre. Plus vite. Trop vite. Il ne vit pas le chat sur la marche, et trébucha. Une très mauvaise chute, étonnamment mauvaise. Edouard, qui était promis à un si brillant avenir, se retrouva réduit à l'état de légume à l'âge de vingt-sept ans.

 

 

Cardamone

pour l'atelier d'écriture de Leiloona

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

marine D 04/04/2013 13:46


C'est très bien écrit, tu nous tiens en haleine avec cette histoire qui finit mal... Alors vous êtes deux à écrire, ou l'une des deux est féline ?

Cardamone 07/04/2013 23:26



Merci Marine. Pour ce texte, j'étais seule, mais c'est parfois Bergamotte qui écrit...





Bonne semaine!



Esclarmonde 03/04/2013 21:52


Figure toi que mon propre chat se met souvent en travers de mes pas quand je descend mes escaliers, j'ignore pourquoi  !! Pour le moment, ça s'est toujours bien terminé.


Sans doute que Edouard paye le fait de renoncer à ses vrais désirs... Récit bien mené, bises


Esclarmonde

Jonas D. 03/04/2013 11:49


Finis pour moi les escaliers et les jolies filles, c'est juré. Un bon moment de littérature sombre comme l'auraient aimée messieurs Stocker, Stevenson ou Poe. Bonne journée;


Jonas

Cardamone 03/04/2013 23:32



Rooh! Désolée Jonas! je ne voulais pas te dégoûter des jolies filles ni des escaliers d'ailleurs!!! Merci! Bonne fin de
semaine. A+



Pascale Madeleine 03/04/2013 09:42


Eh bien je pensais aussi à Roald Dahl ! Sans doute parce que je l'ai lu tellement souvent à mes élèves... 


J'aime beaucoup l'ambiance de ce texte, peut-être un peu court, même si tu donnes le mauvais rôle à ce pauvre chat... 


 

Carole 03/04/2013 01:44


En lisant les commentaires, je vois que tout le monde pense à Poe... moi je pense à Roald Dahl plutôt.

lucie 01/04/2013 11:58


il aurait mieux fait de continuer à brûler la vie par les deux bouts. j'adore ce passage : "Mais on ne passe pas sa vie près d'un oiseau de feu.
La vie, c'est sérieux. Il y a des choix à faire, à faire en homme adulte et responsable."

Leiloona 01/04/2013 10:20


Outch' !  Voilà un texte qui mêle plusieurs tons ! La sensualité, et le fantastique se mêlent, j'aime
bien. :)

Jean-Charles 01/04/2013 08:36


Bien mené jusq'au bout !


Ce chat qui en remet une deuxième couche, il est noir au moins ?! 

Cardamone 01/04/2013 23:34



Rooh mais quelle idée! Je ne vois pas du tout ce qui te fait penser ça!!!






stephanie 31/03/2013 18:40


un texte surprenant et une fin bien tragique, qu'en est-il du chat, il a du subir aussi dans cette cage d'escalier, lol


joyeuses paques

Cardamone 31/03/2013 22:30



Aïe! J'espère que les assos de protection des animaux ne vont pas me tomber dessus!!!


Bonnes pâques.



Labaronne 30/03/2013 22:25


c'est su stephen king ça, très bon !

Cardamone 31/03/2013 22:37



T'es trop un zamour Madame Labaronne!!!


Très bonne soirée! Excellent lundi! A+






flipperine 30/03/2013 17:44


bonnes pâques

Cardamone 31/03/2013 22:04



Merci! A toi aussi!



Adam 30/03/2013 11:25


 





 


Bonjour C@rd@mone,


en haleine jusqu'à la fin, magnifique, du Poe et hitchcock réunis, bravo, j'adore !! T'es doué c'est impressionnant.


Bisous et excellent samedi

Cardamone 31/03/2013 22:27



Rooooh!  J'en reste sans voix de tant de gentillesse!!!


Passe une très bonne soirée et un très chouette lundi aussi. Bises






Yosha 30/03/2013 09:47


J'adore ! On est dans le réel avec une légère touche de fantastique apportée par cette "griffe du chat"... Une vraie descente aux enfers... méritée ?! Ton écriture est toujours aussi belle
et magique. Bon week-end plein de douceur printanière, ou, à défaut, de chocolats !

Cardamone 31/03/2013 00:37



Méritée je ne sais pas... Disons que si on le prend moins comme une représentation d'être humain que comme un personnage de papier représentant des valeurs parfois pesantes, ce n'est pas
désagréable de le malmener un peu - bon d'accord un peu beaucoup!!! 


Merci beaucoup pour ton com, j'ai souvent l'impression, avec la prose, que mon écriture a quelque chose d'un peu lourdingue et ça me rassure qu'on me donne un avis différent!


Joyeuses Paques.



louv' 30/03/2013 07:36


Une élégante écriture pour une histoire à la Edgar Allan Poe...J'adore !

Cardamone 31/03/2013 00:30



Merci! Mais je crains qu'à côté de ton
jeu de miroir je ne sois pas très à la hauteur!


Bon week-end.