Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un petit trou

21 Septembre 2014 , Rédigé par Cardamone Publié dans #Poésie

http://www.sothebys.com/content/dam/sothebys-pages/auction-sales-slides/2013/11/HK0446_385A.jpg

Zeng Xiaojun

 

 

 

Où t'ai-je perdu

je ne sais plus

était-ce une forêt de songe

où court l'héroïne d'un conte

loin de sa vie qui se défait

elle fuit vers où ses mauvais rêves

il faudrait que ça me revienne

 

Quand t'ai-je perdu

c'est le trou noir

était-ce au détour d'une chanson

le jour où le rythme brisé

sans le vouloir sans le savoir

la danse endiablée a crevé

et après que s'est-il passé

j'ai vu je crois des gens sourire

faut-il pleurer faut-il maudire

ce bout de toi qui me manquait

me labourait me déchirait

je voulais l'oublier tu sais

le déchirer le piétiner

l'effacer cet amour passé

un jour j'ai bien cru qu'il chantait

c'était frissonnant

et pourtant

ce bout de vide qui me pinçait

même sans toi ça rayonnait

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
<br /> Quand on aime quelqu'un, on a toujours quelque chose à lui dire ou à lui écrire, jusqu'à la fin des temps. S'aimer, que faire d'autre ?<br /> <br /> <br /> Et c'est effectivement par ce trou, cette faille de l'absence, cette insuffisance à soi-même, que passe la lumière. Ton beau poême nous éclaire.<br /> <br /> <br /> Bonjour Cardamone.<br />
Répondre
D
<br /> J'ai toujours du mal à commenter un poème. Ca me touche, je ne sauis pas dire autre chose.<br />
Répondre
P
<br /> magnifiquement dit...<br /> <br /> <br /> J'aime tout particulièrement les cinq derniers vers... Ils ont un je n'sais quoi d'espoir<br />
Répondre
C
<br /> Un poème si juste. Il y a toujours de l'éclat dans nos fêlures.<br />
Répondre
C
<br /> L'amour, même s'il nous a fait souffrir, laisse des cicatrices. Amour vers l'autre - notre double, notre partenaire tant cherché, amour pour l'enfant, pour un parent...<br /> <br /> <br /> L'amour ne s'efface pas et quand on y retourne, en pensée, il est toujours vivant et oui, il frisssonne !<br /> <br /> <br /> L'amour est notre demeure et jamais ne se perd.<br />
Répondre
Y
<br /> Tes mots me touchent toujours autant, c'est tellement juste et magnifiquement dit. Parvenir à garder le meilleur de l'absence, le long chemin du deuil...<br />
Répondre
E
<br /> Je crois qu'on peut tous se reconnaître dans ce joli poème à moins de ne pas avoir de coeur, mais je crois qu'il vaut mieux traîner ces félures que d'être imperméables à nos élans du coeur. Belle<br /> journée et bel automne, bises<br />
Répondre
A
<br /> Douleur déchirante que tu as su traduire par le ryhtme de ce poème bouleversant. Je crois que chacun, chacune s'y reconnaîtra...<br /> <br /> <br /> Superbe, j'aime beaucoup!<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
A
<br /> Un poème poignant,qui touche vraiment profondément... surtout le dernier vers !<br /> <br /> <br /> Très beau, Cardamone. <br />
Répondre
L
<br /> Le pire est de ne pas comprendre. Ton poème, poignant, me touche et me ravit à la fois.<br />
Répondre
A
<br /> C'est quand "ce bout de vide" cessera de "pincer" de "rayonner", quand il se noiera vraiment dans l'obscurité, c'est là que débutera l'absence...<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Oui, mais parfois, longtemps après, on a comme l'impression que bizarrement la fêlure laisse passer une lumière <br /> <br /> <br /> <br /> <br />