Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Luciole

19 Novembre 2013 , Rédigé par Cardamone Publié dans #Contes et histoires

  http://www.tumblr.com/photo/1280/jahsonic/959327904/1/tumblr_l77t7vELIh1qz4yqi

                                                   Herman Leonard

 

Didier lui avait parlé un soir d'un texte de Pasolini sur la disparition des lucioles. Il y avait souvent repensé. La grâce fragile des petites lueurs dansantes qui vous émerveillent et vous font frissonner dans la nuit dévorée par la pollution et une logique dévastatrice. Les lucioles lui manquaient. Il s'effaçait progressivement. Des mois que son saxo prenait la poussière. Il était fatigué de survivre.

Bien sûr il aurait dû sortir, partir en quête des survivantes, chercher à créer au moins des ersatz de lucioles, ça aurait pu suffire peut-être à redonner un peu de goût à la vie, à la rendre avalable. Mais il n'avait plus de force. Aucune. Ou juste assez pour se servir un verre et se traîner devant la télé.

Sous la porte une enveloppe brillait.

Je sais, je n'aurais pas dû disparaître si longtemps. Si tu me pardonnes, si tu as encore de la place pour moi dans ta vie, viens demain, à 16h, au café des arts.

Lucie

 

Lucie... ce prénom ne lui disait rien... Il y avait bien eu cette aventure d'une nuit... une violoniste, brune, elle n'avait l'air de rien comme ça, et puis elle s'était mise à jouer, la vie était devenue vivante, vibrante, bonheurs célestes, tourments de l'enfer, ça tourbillonnait, ça grondait, ça crépitait tout au fond de sa poitrine. La violoniste s'était muée en fabuleuse petite flamme. Inoubliable magicienne de la nuit, elle avait disparu avant son réveil. Il s'était dit Tant pis. C'est peut-être mieux ainsi... Sa vie était tissée de ce genre de mensonges.

Georges alla prendre une douche, se rasa, rangea l'appartement, passa l'aspirateur, fit la vaisselle. Une mélodie trottait dans sa tête... Lucie... Il saisit son saxo et se mit à jouer. L'inspiration revenait, la vie reprenait. Il irait au café du coin, au café des arts.

 

La violoniste n'était pas là. Au moins, il avait quitté sa tanière, la terre tournait plus vite au soleil et la bière avait un goût plus léger quand on la buvait en terrasse. La violoniste n'était pas là mais les Parisiennes étaient toujours aussi belles. Juste en face de lui, la lumière jouait dans les boucles explosives d'une chevelure rousse, il aurait voulu être un petit rayon de soleil pour y faire des glissades, ces cheveux étaient éclatants d'une promesse incandescente et rebelle de bonheur. Il appela Didier, il avait envie de jouer, besoin de militer de nouveau aussi, de se relever, ils se donnèrent rendez-vous le lendemain. Il sortit son petit papier, relut le mot, peut-être était-ce une farce, une gentille farce... Il leva les yeux, la jolie rousse le regardait en souriant.

"Excusez-moi... Ce mot, qu'est-ce qu'il fait entre vos mains?"

Comme d'habitude, il n'était pas à la bonne place. Mais cette fois, c'était plutôt drôle, il n'avait pas envie de sortir de scène.

"Je peux vous offrir un verre?"

Cette lettre était destinée au locataire précédent de son appartement. Il ne voulait pas mais elle était partie, la chance de sa vie, une tournée internationale - elle était danseuse. C'était ridicule, ce mot glissé sous la porte, elle était sûre qu'il ne viendrait pas, mais elle avait été si triste d'un coup en repensant à lui, c'est si bête une rupture, elle n'avait pas pu s'en empêcher. Mais Lucie était du moment présent. Et Georges avait le genre d'yeux un peu fous et rêveurs qu'elle avait toujours aimés. Elle le regarda attentivement, et la vie s'engouffra dans ce rendez-vous manqué.

 

Cardamone

pour le jeu du mois de La petite fabrique d'écriture


  

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> "Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" Paul Eluard.<br /> <br /> <br /> Cette histoire est délicieuse, elle a un goût de printemps et à cette époque de pluie et de vent, elle est doublement bienvenue. Merci.<br /> <br /> <br /> Jonas<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci pour la citation Oui c'est exactement ça! Et merci pour tes mots si agréables à lire!! Bonne soirée Jonas<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br />  Un tourbillon lumineux et poétique, une ambiance particulière, j'ai du mal à m'éloigner de ce très beau récit...<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Rooh! merci Almanitoo! C'est adorable!<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Un saxophoniste rêveur au café des arts, des lucioles...Cette atmosphère me plaît particulièrement, j'en redemande !<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Ca me fait si plaisir, Louv', de te retrouver au café des Arts! Tu prends une bière?<br /> <br /> <br /> (Dans notre café de lycéens, on buvait des Pelforths brunes, tu m'as donné envie d'en reboire une, ça me ferait peut-être l'effet d'une madeleine de Proust???)<br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> Je ne sais pas quel était le jeu du mois mais j'aime beaucoup cette rencontre pas si ratée, ce retour à la vie. Tes mots chantent et virevoltent, c'est un vrai tourbillon de lecture !<br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci Yosha!!! Tu me fais super plaisir avec tes mots si gentils et si beaux!!!<br /> <br /> <br /> Le jeu du mois, c'était:<br /> <br /> <br /> Vous venez de recevoir une lettre. Elle va changer votre vie.<br /> <br /> <br /> Oups, je n'ai pas respecté la consigne qui implique un récit à la 1ère personne! Je ne vais pas avoir la moyenne!<br /> <br /> <br /> <br />
N
Et la vie s'engouffra dans ce rendez vous manqué... Se mît à jouer une mélodie enchanteresse... Quelques lignes et tu nous embarques Cardamone !
Répondre
C
<br /> <br /> Ton commentaire met du bleu dans le gris du ciel, Nathanaël, merci!<br /> <br /> <br /> <br />