Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 23:34

http://www.independentcinemaoffice.org.uk/pictures/film/4/6/4/.4642/~EDGneiHW/Meshes_of_the_Afternoon_Maya_Deren_1.JPG

              Maya Deren - Meshes of the afternoon

 

 

Elle avait trouvé ce petit carnet de croquis dans une brocante. Des dessins vivants, plein de fraîcheur, qui lui rappelaient quelque chose mais elle ne savait pas bien quoi. Sur la dernière page, deux yeux profonds la regardaient, la caressaient, la défiaient, lui posaient une question - mais laquelle?

Elle acheta le petit carnet. Puis l'oublia au fond d'un tiroir. Elle avait été heureuse de l'avoir, mais il n'y avait pas de place dans sa vie pour un petit carnet de croquis. Il n'y avait pas de place pour grand chose dans sa vie. Elle savait se montrer à la hauteur des responsabilités qui lui étaient confiées, elle avait le sens des priorités. Elle sortait bien sûr, c'était si important de se construire un réseau. Elle fréquentait même des gens assez influents.

 

Mais les deux yeux profonds prirent l'habitude de flotter au-dessus de sa vie. Alors elle s'arrêtait, elle les regardait.

 

Elle se mit à planer dans le vide et à s'y trouver bien. Elle retrouva de vieux rêves qu'elle avait cru jetés à la décharge, qui s'étaient tapis là dans les recoins, attendant, patients. Des odeurs de mousse après la pluie et de tabac brun. Il y eut des déplacements imperceptibles. Un beau jour, cela ne lui parut plus aussi important, son étude pour la modernisation la restructuration de l'entreprise. Des chuchotements indignés s'élevaient dès qu'elle s'y penchait, elle les écoutait, songeuse, et puis elle refermait le dossier. Qui n'avançait plus. Elle avait moins peur d'elle-même, s'y enfonçait lentement, l'explorait avec étonnement, ça grouillait de monde là-dedans, elle n'aurait jamais cru. Elle se fréquenta assidûment, il y eut les délices atterrés de l'ensablement, les surgissements joyeux et sombres des cris d'enfants, des naissances des agonies mêlées, elle dansa les larmes aux yeux et se demanda qui se dissimulait toujours dans l'ombre au fond.

 

Elle oublia d'aller au travail. Elle n'avait plus le temps. Le médecin diagnostiqua une dépression. Elle n'avait jamais été aussi heureuse. Mais elle avait besoin de temps. Il s'enfuyait toujours dès qu'elle approchait, il lui échappait comme son existence lui avait toujours échappé. Mais cette fois elle voulait une échappée belle. Elle s'allongea. C'était ses yeux qui l'observaient, elle le savait maintenant, elle lui sourit, l'air vibra, entraînant un flottement de courbes, une esquisse de bouche, la sensation d'un baiser, elle se sentit enveloppée de lumière, adoucie, allégée.

Elle se leva et mit un CD de Bratsch, elle se sentit enlacée, ils dansèrent, perdirent haleine, éclatèrent de rire. Elle se laissa aller dans cette poussière d'étoile, elle ne voulait plus rejoindre la vie, elle ne le quitterait pas. Le bruit de la sonnette lui parvint traversant l'épaisseur de la bulle de ses rêves. Elle n'ouvrirait pas, ne ferait pas entrer l'absurde et laide réalité de nouveau dans sa vie.

Le bruit strident insistait, insistait, faisait éclater la fragile intensité des images qui l'emplissait; l'air triste, les yeux la regardèrent je t'aime avant de s'évanouir. Quelque chose se déchira. Comme malgré elle elle se dirigea vers la porte. Il fallait bien faire cesser ce bruit. Elle ouvrit, elle pâlit, incapable de prononcer un mot, même le plus bête des mots. Il était là, en chair et en os, elle reconnaissait ses yeux. Elle frissonna quand il lui prit la main.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cardamone - dans Contes et histoires
commenter cet article

commentaires

Carole 05/03/2014 00:13


C'est si difficile de "se fréquenter" soi-même. On peut en mourir, mais cela vaut mieux que de vivre hors de soi.

MARIE 04/03/2014 20:29


La fin heureuse de ceux qui sombrent dans la folie... pour l'éternité...

Cardamone 05/03/2014 23:33



Peut-être qu'une folie heureuse ce n'est pas si triste...



Anne-Marie 02/03/2014 08:03


Aller à la rencontre de soi-même, c'est partir en territoire l'inconnu, prendre le risque de ne jamais se trouver...

Cardamone 05/03/2014 23:32



Oui, à mettre une frontière hermétique entre l'intérieur et l'extérieur, on risque de se retrouver prisonnier...



Nathanaël 01/03/2014 16:59


" I would prefer not " , " J'aurai mieux préféré ne pas " Bartleby le scribe de Melvile, un instant ton conte m'y a fait songer. Belle échapée belle Cardamone.

Cardamone 03/03/2014 15:19



Je ne connaissais pas, je viens d'en lire la présentation, effectivement... Merci pour la référence, ça donne envie!


Bonne semaine Nathanaël.



Dalva 28/02/2014 15:33


J'ai trouvé un jour une vieille carte postale dans une brocante, une photo de femme en noir et blanc. Elle est sur mon bureau, depuis longtemps. Elle me fascine mais il ne s'est rien passé
d'autre (juste un texte écrit sur elle dans un jeu d'écriture).


Très belle histoire, très bien racontée surtout. 

Cardamone 03/03/2014 15:17



Muse, image fascinante d'une inconnue incitant à la rêverie créative, j'aime! Merci Dalva!



Tévi 28/02/2014 11:10


hummmmmmmm

Cardamone 28/02/2014 23:50



Bonsoir Tévi, merci pour ta visite et ton com!


Il y a un problème avec ton lien...



Yosha 28/02/2014 07:46


Se fréqenter soi-même est plus dangereux qu'il n'y paraît  Moi aussi j'ai bien cru qu'elle allait s'y perdre !
J'adore forcément la richesse de ton texte, la confusion entre le réel et l'imaginaire.... C'est toujours un bonheur de te lire !

Cardamone 28/02/2014 23:44



La fréquentation exclusive de soi-même peut effectivement causer de petits soucis


Merci Yosha, c'est toujours un bonheur de lire aussi bien tes com que tes textes


Bon week-end!



Jonas D. 27/02/2014 23:57


Ah... Jeanne...


Bonne nuit Cardamone, heureux d'avoir papoter avec toi.


Jonas

Cardamone 28/02/2014 00:23



Moi de même Jonas. Fais de beaux rêves.



Jonas D. 27/02/2014 23:43


Hé, Hé ! Joli !


Jonas

Cardamone 27/02/2014 23:53



Surtout chanté par






clara65 27/02/2014 18:30


Bonsoir,


Une fois encore, c'est un monde irréel dans lequel on pénètre avec bonheur.


Ton imagination, juste à partir d'un petit carnet, est bien fertile.


Très bonne soirée.

bergamotte et cardamone 27/02/2014 23:55



Merci Clara


Très bonne fin de semaine



Jonas D. 27/02/2014 09:00


Rencontrer hors cadre ce que l'on recherche est une félicité. Flotter au-dedans de soi pour y fouiller et y rencontrer celui qui peut soigner. C'est fort bien senti Cardamone. En plus, je
pratique. De quels couleurs ces yeux ?


Jonas

Cardamone 27/02/2014 23:35



Ah Jonas


J'ai la mémoire qui flanche


j'me souviens plus très bien


Etaient-ils verts?


Etaient-ils gris?


Etaient-ils verts de gris?


Ou changeaient-ils


tout l'temps de couleur


pour un non pour un oui?



louv' 27/02/2014 07:27


Rêve éveillé, songe, délire ou fuite à l'intérieur de soi ? Peut-être un peu de tout. Seul compte le réveil au pas de la porte, ouf !


Un bien joli voyage...

Cardamone 27/02/2014 23:25



Rêve éveillé, songe, délire ou fuite à l'intérieur de soi, j'ai bien cru qu'elle allait s'y perdre - avec le sourire aux lèvres...






Présentation

  • : Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • : Ecriture Poésie Histoires
  • Contact

Recherche