Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'envol.

23 Janvier 2013 , Rédigé par bergamotte Publié dans #Images et mots

 

 

 

 

imagesCA9CTFVZ.jpg

 

 

 

J’ai mal. Comme une pointe là, au creux de moi. Un point fixe et lancinant, que je ne parviens pas à atteindre. J’ai si mal que ma vue s’obscurcie, et que je ne distingue plus rien autour de moi. Tout est comme floue et imprécis, je ne sais plus où je suis…

 

Pourtant je me souviens ce matin, la fraîcheur de l’aube naissante. La lumière bleutée de la nuit qui s’efface, et très vite, déjà, les premiers rayons effrontés du soleil qui m’effleurent. Je suis si bien, je ne bouge pas, je reste suspendu entre nuit et jour, sommeil et éveil, rêve et vie. Loin en haut je perçois les chants des oiseaux. Leurs vols qui fendent l’atmosphère comme des lames rapides et agiles. L’air est frais, et se répand en moi comme une rosée bienfaisante. Un petit vent léger fait osciller les tiges des fleurs, ébrouant  leurs pétales qui laissent s’enfuir des parfums capiteux et gourmands.

 

Le gros coq a depuis longtemps poussé son chant du jour. On entend des vies qui se mettent en marche. Des moteurs qui ronronnent dans le lointain, en laissant derrière eux des volutes de vapeurs d’essence. Il fait bon, je suis indifférent à cette agitation . J’ai l’humeur languide, mon tonus est en berne. Mais rien ne me presse, je suis mon propre chef, je décide où, je décide quand. Et là j’ai décidé de me laisser bercer, c’est tout.

 

Le soleil  donne sur les plans de fraisiers…Je sent leur arôme sucré et coquin qui flotte au dessus de moi. C’est si fort que je peux voir leurs surfaces de fruits audacieux, piquetées du jaune de leurs grains . Je vois même les craquelures rougeoyantes de ceux qui n’en peuvent plus d’être mûrs et éclatent de bien être sans attendre la main qui cueille. Les tomates ne sont pas loin, je les devine toutes fières, pendant comme des pendeloques vaniteuses, bombant toutes leurs circonférences pour attirer l’œil. Je pense à leur saveur métallique, à leur jus piquant et acide quand elles sont vertes. Tous ces sucs en attente. Toute cette vitalité retenue comme en des sacs de peaux multicolores. Du vert, du rouge, du jaune, rien n’est trop beau, ni trop éclatant pour parer  le jardin d’attraits. Et toute cette débauche me convient au cœur de ce matin…Je suis bien…

 

Non, j’ai mal…C’est atroce…Je suis paralysé…j’essaye de rouler sur ma gauche, puis sur ma droite, mais je ne fais que relancer  la fulgurance de cette douleur. Il fait chaud, j’ai du mal à respirer…Non ce n’est pas la bienfaisante chaleur de tout à l’heure. C’est une moiteur, une touffeur, qui me tue lentement. J’ai mal, et je ne respire plus…je voudrais que s’éteigne la lumière qui scintille au dessus de moi, mais rien à faire, elle persiste comme cette écœurante odeur lourde qui me laisse engourdi. Depuis cette ombre froide qui m’a pris brusquement là-bas, qui m’a fauché en plein envol juste là au secret du jardin , tandis que je rêvassais à l’ombre d’un brin d’herbe…

 

 

 

Bergamotte

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
<br /> Un texte qui touche au corps avec lequel nous vivons si inconsciemment tant qu'il n'y a pas de douleurs. Un texte qui touche au coeur pour toutes ces couleurs si vives si parfumées quand la<br /> nature s'éloigne et s'approche en complice pour nous préparer au dernier voyage. La conscience nous donne à survivre plus longtemps surtout lorsqu'elle magnifie comme toi, l'environnement et la<br /> vie. Amitiés. Suzâme<br />
Répondre
B
<br /> <br /> C'est la force des humains de magnifier pour continuer jusqu'au bout du souffle sa route de vie.Et oui, à la fin de l'envoi....je touche! tant mieux! Merci Suzâme<br /> <br /> <br /> <br />
Y
<br /> C'est très beau, toutes ces sensations si bien rentranscrites... dur d'imaginer ce moment...<br />
Répondre
B
<br /> <br /> L'ombre donne tout son sens à la lumière dit-on... peut-être que c'est juste un moment!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
R
<br /> que tout ceci est bien dit.ah oui , l'envol,l'envol vers quoi???rien le néant,mais bon il faut juste s'y acclimater,et faire avec , juste embêtant oarce que j'aimerai bien voir avant, ce<br /> "changement pour demain," <br />
Répondre
B
<br /> <br /> et si on se donnait rendez-vous à demain? sans oublier tout de suite! bisous chère râleuse!<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> NON!! tu n'as pas fait de mal, c'est la vie, c'est ce qui nous attend et si on est bien dans sa tête on n'en fait pas un drame, c'est inéluctable, on l'accepte, il faut bien faire de la place<br /> pour les autres - aucune peur de la mort, seulement regret de ce que je ne verrai plus - continue comme ça tu nous bouleverse, tu nous oblige aussi à nous interroger, il ne s'agit pas seulement<br /> de lire un texte mais de voir à quoi il nous renvoie, en nous....bououououou où je vais là ??? je fi le zoeuf <br />
Répondre
B
<br /> <br /> Ben tu sais je suis pas très fière quand même!!!! Gros bisous roses et verts pour me faire pardonner!<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> j'ai mal aussi parce que je me suis identifié au narrateur et j'ai tellement vu ces parfums senti ces gouts juste avant que tous mes sens ne s'endorment<br />
Répondre
B
<br /> <br /> Je suis boulversée par ton message...Je ne voulais faire de mal à personne! je suis désolée.<br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> La précision des images m'a laissé unefragance de fraises sur la langue, mais l'arrière goût est bien celui du départ, de l'envol... Tout peut arriver, à tout moment.<br /> <br /> <br /> Carpe diem Bergamotte.<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
B
<br /> <br /> Oui capitaine! mon capitaine! j'essaye de carper le diem le plus possible...Je n'avais pas pensé à ce texte sous cet angle de réflexion...Il m'est venu devant la vitrine d'un magasin de sacs à<br /> mains! quel rapport? je pensais alors à l'influence de l'homme sur son environnement, comment pour son propre plaisir on peut briser celui des autres et l'anéantir...quel plus bel exemple que<br /> celui des papillons que l'on collectionne...Merci cependant de ta lecture à toi! merci! nathanaël!<br /> <br /> <br /> <br />