Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 12:47

                                                             5731034628_497f422549.jpg

 

Lire un Legardinier me met dans tous mes états…Vous le savez…La dernière fois j’étais euphorique et emballée ! Cette fois-ci je suis larmoyante et emballée ! Ne vous méprenez pas…Il ne s’agit pas d’une bluette à tirer des larmes aux cœurs tendres…Non, sur la couverture c’est écrit thriller…Cependant, en le refermant je n’avais pas l’impression d’avoir côtoyer des détraqués psychopathes à l’esprit tordu, qui échafaudent des meurtres et crimes en séries avec la police sur leurs traces…Mais, la peur était bien encrée en moi. Ce que nous donne à voir Gilles Legardinier dans « Nous étions les hommes » c’est juste le reflet de notre société…La société d’une espèce : l’espèce humaine, avec tout ce qu’elle a de perversions, de calculs, de bassesses, et d’incongruité.

 

Tout part de la découverte de deux chercheurs qui étudient ce moment tragique où les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer basculent dans ce vide qui les coupe de notre réalité…Moment irréversible où la part d’humanité en eux s’éteint comme une flamme sur laquelle on soufflerait. En étudiant les taux d’acides aminés, et les taux d’hormones et en les croisant avec des données à l’échelle de la planète, Scott et Jenni découvrent que ce qui distingue et entraîne le basculement des malades d’Alzheimer, est une donnée commune à des milliers de personnes, âges et provenances confondus. Ces dernières n’ont cependant pas été alertées sur cette particularité, et surtout, sont toutes soit décédées de morts violentes ou en commettant des crimes qualifiés soudains, inexpliqués et fous. Les hommes qui craignent le réchauffement de la planète, les guerres… sont touchés par un fléau qui risque de les faire tous disparaître : eux mêmes. Les deux chercheurs vont attirer les requins, et s’en suit une aventure pleine de courses poursuites et de suspens, mais pas seulement. En effet tous les autres personnages qui croiseront leur route seront comme autant de clefs pour la lecture de notre monde.

 

 On ne sort indemne de cette lecture que si l’on se contente d’en apprécier l’aspect fiction. Lorsque l’on tourne le prisme de cette histoire vers notre vie de tous les jours…que l’on voit la folie qui s’empare de plus en plus souvent des humains : du cannibal, en passant par le vieux poseur de bombes, ou les tueurs fous…Alors on ne peut que se dire que oui, il nous faut prendre garde, il nous faut préserver ce qui fait l’essence même de l’Homme : sa capacité à penser, à rationnaliser, voir même à fixer limites et tabous…Car si la stigmatisation est un crime, la banalisation peut-elle aussi en devenir un. Oui nous devons prendre garde, et soigner notre particularité : cette capacité qu’on les Hommes d’éprouver de l’empathie, de l’amour, du lien avec l’autre. Tout l’argent du monde mis en tas ne donnera jamais une équation chaude de vie…Tout juste une impression de posséder mais jamais d’être liés. Lisez et pensez ! sera mon conseil du jour donc. A bon entendeur…

 

 

Bergamotte

 

Challenge Douce France d'Evy

 

 http://img.over-blog.com/217x300/3/60/76/57/Challenge/Challenge-douce-France.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bergamotte - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard 27/07/2012 04:18

Blog(fermaton.over-blog.com),No-7. THÉORÈME 2 VOIES. - Dieu calcule et le monde se fait.

Présentation

  • : Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • : Ecriture Poésie Histoires
  • Contact

Recherche