Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LaRose - Louise Erdrich

13 Mai 2018 , Rédigé par Cardamone Publié dans #Coup de coeur

 

 

 

On retrouve la belle écriture prenante, profonde de Louise Erdrich et cet univers amérindien où les personnages ont « le sentiment d’être les vestiges en lambeaux d’un peuple à l’histoire compliquée » qu’elle sait si bien exprimer.

 

 

À raconter comme ça, le début du roman risque de vous paraître too much - mais c’est si finement écrit que ça marche, que c’est très fort:

Landreaux, visant un cerf, tue le fils de son ami Peter Ravich. Folle sagesse, stupéfiante, démentielle compensation, il offre à Peter son fils, LaRose.

« Il arrive que ce genre d’énergie - le chaos, la malchance - s’échappe dans le monde et ne cesse d’enfanter et d’enfanter encore. La poisse s’arrête rarement après un seul événement. Tous les Indiens le savent. Y mettre fin rapidement exige de grands efforts, ce pourquoi LaRose avait été envoyé. »

Et LaRose n’est pas n’importe qui. J’ai adoré ce personnage merveilleux, d’une tendresse, d’une humanité, d’une sagesse magnifique. LaRose porte le nom des guérisseurs de la famille, il sait combattre les démons, dissiper les humeurs peau de vache, libérer chez ceux qui l’entourent la lumière enfouie sous des tonnes de ténèbres.

Un peu comme Louise Erdrich, qui fait surgir une profonde beauté de tous ses personnages, même les plus sordides, qui les rend très touchants, très attachants. La dureté est transcendée par une grâce, une belle humanité, la magie d’une écriture qui sait créer quelque chose de rayonnant tout en exprimant des réalités rudes et âpres.

La façon dont se mêlent le récit principal, des histoires appartenant au passé, une dimension un peu surnaturelle donne au roman une belle épaisseur narrative et cette force, ce charme, du réalisme magique. Les frontières entre réalité quotidienne et imaginaire s’estompent , « le tissu entre les réalités, les vivants et les morts,» devient poreux et cette porosité réenchante la vie humaine. Envoûtant! 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

In the Mirror 17/05/2018 17:12

Je ne connais pas cet auteur, merci pour la découverte. J'aime beaucoup la littérature amérindienne.

Cardamone 16/05/2018 20:31

:)

JPT 16/05/2018 18:19

Merci pour cet article.

JPT 16/05/2018 19:54

Plus que jamais, j'ai publié trois ouvrages et je termine un roman. Et régulièrement je poste un article sur le blog. Je suis aussi content de te retrouver.

Cardamone 16/05/2018 19:46

Contente de te retrouver et de savoir que tu continues à écrire :)

Cardamone 16/05/2018 18:39

Jonas?

Cardamone 15/05/2018 13:59

Si, sa mère est indienne. C'est le 3ème roman que je lis d'elle, et c'est mon préféré.

JPT 16/05/2018 19:10

Oui, c'est moi. J'écris depuis plus d'un an sous mon vrai nom. Et j'ai créé un autre site que tu viens de découvrir... https://jeanpierretondini.wordpress.com/
Merci pour ton commentaire chez moi.

Carole 15/05/2018 01:34

Merci pour cette invitation à la lecture. Je crois que j'ai déjà lu quelque chose de cet auteur, n'est-elle pas elle-même d'origine indienne ?

almanito 14/05/2018 06:33

Pas grave, je te disais que tu es terrible parce que à chaque fois que tu présentes un livre, on a envie de le lire et que le thème amérindien est toujours séduisant. Je le connais à travers Jim Harrison dans "Retour en terre" notamment que j'ai beaucoup aimé. Et puis tu parles de la frontière floue entre imaginaire et réalité que l'on retrouve souvent sur ce thème et qui est peut-être à la base de leur sagesse.

Cardamone 14/05/2018 13:38

Merci beaucoup Alma pour ta persévérance, c’était trop triste d’avoir loupé ton com!

Je n’ai pas lu Retour en terre, mais c’est vrai que je trouve super intéressant cet univers amérindien contemporain... même si évidemment il y a des côtés très durs:
« au sud il y a les bisons que la tribu a acheté dans un but touristique. Un rassemblement sombre. Leurs cœurs eux aussi embrasés par l’horrible message de leur extinction. Leur assemblée fantomatique, désormais. Comme nous, un symbole de résistance, songe Romeo. Comme nous, ils déambulent et tournent en rond dans un petit enclos d’herbe, et engraissent. »

almanito 13/05/2018 23:07

A disparu mon com'?

Cardamone 14/05/2018 00:10

:( je ne l’ai pas vu passer