Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 09:50
La fille magique.

Le premier jour, quand le tram s’est arrêté, ses deux portes bien en face d’elle, j’ai juste levé un sourcil et je n’ai rien dit…Mais le lendemain lorsque la voix dans le haut parleur à susurrer « Porte Dunoise » et que Ping ! ça a recommencé et les portes se sont ouvertes comme pour lui faire honneur…Là, mon sang n’a fait qu’un tour. Il y avait un truc louche, pas banal, inhabituel, qui se passait avec cette fille. Alors j’ai commencé à l’observer. Elle était fort subtile, et pour percer à jour cette mystérieuse, il m’a fallut du temps car tout le monde semblait indifférent à ce qui émanait d’elle. Rien que cela, ça prouvait qu’elle était étrange. Un jour , j’ai déboulé dans la rame comme un bouchon de champagne que l’on fait sauter, les cheveux collés à la figure, et les vêtements à deux doigts de s’intégrer à mon épiderme tellement ils étaient trempés. Le temps de me rétablir, je lève les yeux et qui est là paisible, plongée dans sa lecture ? la fille. Dehors, la pluie n’en finissait pas de pleurer sur tout le monde, les parapluies s’en retournaient, les chaussures giflaient les flaques, et elle…un petit sourire fin sur les lèvres tournait comme on manipule une plume, les pages de son petit livre. Et soudain, le comble, dehors la pluie cesse aussi brutalement qu’elle a commencé. Les nuages s’écartent, et un faisceau de lumière perce leur noirceur, et vient directement caresser la vitre contre laquelle la fille est appuyée. Cela fait comme le halo d’un projecteur pointé sur elle, et on ne voit plus qu’elle, que sa peau blanche, et ses doigts tournant les pages et sa tête inclinée vers son livre. Je me tourne pour prendre à témoin quelqu’un autour de moi, mais les uns reprennent leurs souffles, les autres dodelinent de la tête une chanson aux bords des yeux, tandis que plus loin on donne toute son énergie à la rédaction d’un « je rentre de suite » vital…Personne en tous cas ne voit ce qui se passe. Quand elle descend, le temps est redevenu doux, mais moi je brûle de savoir le pourquoi du comment. J’ai manqué mon arrêt mais tant pis je dois savoir ! Alors, je la suit et je sais très vite que j’ai raison. Qui peut marcher sur un triste trottoir goudronné et voir les pétales des fleurs des arbres tourbillonner comme à une fête folle dans son sillage ? Qui peut poursuivre sa lecture et traverser la rue au feu vert en ayant ainsi pas besoin de lever le nez de la ligne entamée ? J’étais dans la boulangerie quand elle est rentrée, elle n’a rien dit juste sourit à la boulangère qui lui a remis enchantée une baguette de pain blonde et chaude, en lui souhaitant une bonne soirée. Un dixième de seconde après, c’est cette même boulangère qui m’assène un froid « et pour Madame ça sera ? » qui me laisse bouche bée, soufflée et sans pain. Plus tard quand elle décide d’aller au cinéma je lui emboîte le pas. Elle se range en file avec les autres et l’attente commence. Puis je la vois lever le menton et se hausser sur la pointe des pieds, dardant un regard interrogateur vers le type de la sécurité qui aussitôt se met à dire bien fort le titre d’un film. Un mouvement dans la file on s’entre regarde pour savoir qui veut de ce titre là, et on s’écarte pour laisser passer, cette seule et unique même fille qui de son pas calme et joyeux s’avance… A la nuit tombée, elle reprend sa déambulation dans les rues, il est 22h passé, elle est toujours aussi fraîche, tout juste si une petite mèche s’échappe de son chignon. Elle marche sans faire de bruit, rapide . Elle s’engage sur le pont Georges V, comme si elle s’élançait sur scène. Sa main sautille sur le parapet de pierre, tandis que la Loire, j’en suis certaine lui chante quelque chose de spéciale en clapotant d’une manière inédite et heureuse. J’en ai assez vu, j’ai envie de l’attraper par les ailes qu’elle n’a pas, pour la scruter et découvrir sa magie. Comme elle s’éloigne je note que les lampadaires brillent quand elle passe, puis clignote et s’éteigne lorsque je suis en dessous. Je lève la tête pour gronder l’un d’entre eux…Belle erreur ! quand je veux de nouveau suivre la fille, elle a disparu. Je cherche partout autour de moi, j’ai presque envie de pleurer, la fille magique s’en est allée dans la profonde nuit étoilée !

Bergamotte

Partager cet article

Repost 0
Published by bergamotte et cardamone
commenter cet article

commentaires

Jonas D. 21/05/2015 22:43

Suivre une ombre est un privilège, mais les ombres comme les hommes un soir s'évaporent et ne laissent sur le sol qu'un parfum de lune distraite. Jonas

bergamotte 22/05/2015 14:10

Jonas...en une phrase tu dis tant de choses...tu me laisse...la larme à l’œil tiens!!!!!!! bon week-end et Merci!

francesco 09/05/2015 10:09

Tu vois, ton histoire m'a tellement capturé, que je ne me suis même pas rendu compte que j'avais déjà mis un commentaire…..

bergamotte 22/05/2015 14:09

C'est le sortilège qui fait effet!!!!!!! ;o)

francesco 09/05/2015 10:06

Quelle belle histoire, prenante du premier au dernier mot… ton écriture est tellement agréable, fraiche, intense…. très belle structure littéraire… tout mes compliments les plus sincère….

bergamotte 22/05/2015 14:08

:o) Merci mille fois alors comme ça si il te vient à l'idée de remettre un autre commentaire je serai à jour!!!! merci de ta sincérité aussi....donc je persévère alors????

michèle 04/05/2015 10:17

Une illusion? Une illusion bénéfique évoquée avec un talent romanesque certain.

Yosha 03/05/2015 17:31

J'adore, tu m'as captivée ! Dans le fond, je suis sûre que chacun a un peu de cette magie au fond de soi... en tout cas, tu en as forcément pour avoir écrit ce texte ! :-)

bergamotte 02/05/2015 12:44

Merci Francesco merci de cet avis qui me va droit au coeur...je souhaite au monde plus de magie encore histoire de rendre nos jours et nos nuits plus légers et plus doux! et que vivent les rêveurs!!!! ;o)

bergamotte 09/06/2015 20:21

Pardon Yosha de ne pas t'avoir remerciée voilà ce que c'est d'être une rêveuse...juste une rêveuse :o) bisous!

francesco 23/04/2015 07:59

très belle écriture pour cette histoire fascinante.qui capture du premier mot, au point final. Bravo!

bergamotte 21/04/2015 17:48

Il y a tellement de gens extraordinaires dans ma vie de tous les jours si tu savais!!!! pas sûre qu'on la retrouve, mais pas sûre que nous ne fassions pas d'autres découvertes magiques :o) quand tu veux pour faire mon trajet avec moi tous les jours, enfin surtout le lundi, je ne sais pas pourquoi c'est plus dur...je sais pas!!!!! enfin en ce qui concerne ce que tu dis de moi... t'es sûre???? Gros bisous! et merci de ton commentaire!

Cardamone 20/04/2015 21:43

Mmmh quel beau personnage, je crois que je vais faire le trajet avec toi demain, elle va peut être réapparaître, et je veux la voir moi aussi!!!... Mais tu sais ma Berga, dans ton genre, toi aussi tu es une fille magique! Bizzz

Présentation

  • : Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • : Ecriture Poésie Histoires
  • Contact

Recherche