Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 11:17
Cy Twombly

Cy Twombly

Il y avait un ravin au bout du jardin derrière les oeillets. Des oeillets rouges comme les incendies.

Il y avait une vieille femme dans le corps de l'enfant qui attendait son heure

Une bête terrifiante sous une chevelure blonde un morceau de fer dans le coeur

Et puis des murs sans joie durs coupants et froids des fantômes furieux y errent et s'effilochent

Mais il y avait l'espoir mordant à pleines dents la mordorure des mots

Partager cet article

Repost 0
Published by Cardamone - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Catheau 15/04/2016 18:05

"J'ai pris ta boue et j'en ai fait de l'or"... J'aime beaucoup le dernier vers. Merci de votre passage entre mes pages.

mansfield 11/04/2015 18:21

Il y avait une imagination débordante où les mots se sont frayés un chemin fantastique!

les caphys 10/04/2015 13:40

superbe !

Esclarmonde 08/04/2015 21:13

Une enfant trop vite mûrie, sans doute à cause d'une vie trop dure mais l'attente des jours meilleurs est là dont la noirceur n'est pas totale, et il y a la présence de ces oeillets rouges... Bises et belle soirée

Carole 08/04/2015 01:26

Toujours un grain doré d'espoir pour mordorer le noir !

Carmen Atonati 07/04/2015 23:23

Il y a tant de choses à voir, à lire, dans tout assemblage où l'artiste s'absorbe. La vie et tous ses parfums, ses goûts suggérés par petites touches. J'aime beaucoup la "mordorure" des mots !

Francesco 07/04/2015 10:51

Bonjour Bergamotte, un grand merci avant tout de ta visite chez moi, soit la bienvenue! Une belle surprise ton univers, y trouver Cy Twombly à la première visite a été une joie, j'adore Cy Twombly (américain mais italien d'adoption!), qui est sans doutes un de mes artistes préféré, j'aime beaucoup ton choix de construire "des histoires" autour d'une oeuvre d'art, c'est un peu ce que je fais aussi, mais avec avec mes photos et mes tableaux…. compliments sincères pour ton travail que je trouve très agréable et créatif. Je re viendrai sans doutes chez toi! Amitié, et à très bientôt. Francesco.

bergamotte et cardamone 07/04/2015 21:40

Je retournerai chez toi, c'est sûr, ta superbe photo et ses couleurs, la maison qui sourit et celle qui s'estompe en rêverie, me restent dans la tête!

michèle 07/04/2015 09:17

Il y avait la vie et ses contradictions, la vie magnifique et effrayante.
Il y avait l'espoir.
Un beau poème!

jill bill 06/04/2015 23:52

Comme des morceaux de vie déchirée... éparpillés au vent qui emporte les années... ma foi... bonne nuit, jill

MD (Louv') 06/04/2015 17:39

Moi je n'y vois que douleur. Pourtant, l'espoir est au bout, toujours.

Cardamone 06/04/2015 22:05

Comme toi je l'espère. Salut Louv'! très heureuse de te revoir!:)

Jonas D. 06/04/2015 13:12

J'y vois tant ce rouge-baiser sur la peau de ma joue, comme cette tendre caresse d'autrefois quand son parfum du soir m'enveloppait entier. Et sous cette bouche-baiser tant de mains dressées pour applaudir tant de majesté. Tant et tant de regards différents font ce monde presque supportable. Parfois. Merci Bergamotte pour ce regard. Jonas

Jonas D. 07/04/2015 01:26

Pardon, je voulais remercier Cardamone, bien sûr... Différentes et pourtant semblables...

Cardamone 06/04/2015 22:03

"Tant et tant de regards différents font ce monde presque supportable. Parfois." J'aime ces mots, merci Jonas

almanito 05/04/2015 20:08

L'espoir, heureusement et j'aime la mordorure de tes mots!

Cardamone 06/04/2015 22:02

L'espoir, on n'en a pas de trop, mais heureusement oui qu'il nous en reste un peu.

Présentation

  • : Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • Le blog de Bergamotte et Cardamone
  • : Ecriture Poésie Histoires
  • Contact

Recherche