Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au fil de l'eau

15 Février 2015 , Rédigé par Cardamone Publié dans #Poésie

Peter doig

Peter doig

Je glisse

éblouie égarée

par les reflets de joie et les éclats de haine

par la folie qui passe

me mêle à l'incendie

à l'invisible guerre

puis file

sur une tendresse

où j'ai surpris la vie

dérive

vers où

vers vous

vers moi

ou toi

j'oublie

je ris

portée par la rivière

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
cardamoMe
Répondre
B
Ici c'est un nom propre, pas une épice...
Y
Un texte qui résonne profondément en moi. Toute la complexité et la beauté de l'existence y défile... Et merci pour la découverte de ce peintre, sorte de Klimt naïf !
Répondre
L
merci pour nos retrouvailles. Ne nous perdons pas de vue
Répondre
C
Et j'aime quand tu ris.
Répondre
E
Une dérive qui n'en est plus une puisque ce courant semble t'emmener vers le bon chemin, celui de la vie. Très joli tableau ! Passe une belle après-mid, bises
Répondre
J
Glisser sur la rivière, toiser ses rives gorgées du sang versé par la haine des hommes pour leurs idées sans queue, sans tête. De l'invisible guerre faire une chimère, une histoire pour les enfants pas sages. Et de l'amour faire le lit des torrents. Jonas
Répondre
A
J'ai cette impression aussi d'être emportée par le cours de la rivière sans rien maitriser...<br /> Mais je vois que je me trompe peut-être dans mon interprétation au vu des autres com'.<br /> Enième fois que je m'inscris à ta news' sans jamais la recevoir. Pff, ob!
Répondre
A
Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles<br /> La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,<br /> Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...<br /> - On entend dans les bois lointains des hallalis.<br /> <br /> Ton texte et ce tableau me font penser à Ophélie dérivant sur l'eau et au poème de Rimbaud....
Répondre
M
Un beau poème sur le lâcher prise, réel moteur des étapes de nos vies
Répondre